USA, le pays qui ne fait plus rêver ? La crise sanitaire démontre la vulnérabilité du modèle social et politique américain. Jour 35, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

USA, le pays qui ne fait plus rêver ? La crise sanitaire démontre la vulnérabilité du modèle social et politique américain. Ce n’est pas moins de 22 millions de chômeurs non indemnisés, qui se retrouvent tous ou presque sans assurance-maladie. « Make America Great Again, » reste de l’esbroufe, un efficace marketing politique, pour des électeurs simplets. La réalité, c’est un système de santé publique inadéquat, une équipe risible à la Maison Blanche, si la situation n’était pas si grave. Et le pire : un pays divisé avec un président en conflit affirmé avec les gouverneurs. C’est le retour du western, mais cette fois pas hollywoodien, plutôt celui sans héros, celui bien dégueulasse de la loi du plus fort, et de l’abus des plus faibles.

Donald Trump, le cauchemar de l’Amérique ? L’homme est inquiet. Ce virus s’invite au beau milieu des élections présidentielles et surtout il devient le révélateur de ses magistrales erreurs. Alors en bon guerrier, le président Trump ne perd pas une occasion d’attaquer la Chine. Quand on est maladroit, le mieux c’est de se trouver un bon ennemi. Dans un combat, la bêtise peut se faire invisible, l’action attire tous les regards. Ainsi le président américain a accusé la Chine d’avoir tardé à informer le monde sur la transmissibilité du virus entre humains et d’avoir manipulé l’OMS.

À l’intérieur, Trump ce numéro 45 cultive la polémique, en jouant la carte de la campagne pour une élection qui devrait avoir lieu, le 3 novembre prochain. Une année électorale qui a commencé dès le 3 février, mais sous coronavirus les primaires démocrates et républicaines comme de nombreux événements ont été bousculés. Les primaires sont habituellement un marathon politique de quatre mois. Joe Biden a remporté la course à l’investiture présidentielle démocrate plutôt rapidement. Il a aussi réussi à rassembler avec lui une bonne partie de son camp. La sénatrice du Massachusetts, Elizabeth Warren, s’est ralliée à Joe Biden et l’a ainsi justifié « pour ne pas laisser Donald Trump continuer à mettre en péril les vies et les emplois des Américains ».

La campagne de la présidentielle Américaine a démarré dans un contexte bien particulier, avec un pays devenu l’épicentre de l’épidémie. Qui saura survivre le mieux économiquement, les États-Unis ou la Chine ? Qui va gagner la course au vaccin ?

Où en est-on de la recherche sur les vaccins ?

Tests à réaliser, durée de l’immunité à déterminer, souche à identifier, et de nombreux travaux pour de nombreux mois, le chemin et la course pour trouver un vaccin contre le Covid-19 est encore longue et pleine d’embûches. Une disponibilité pas avant mi-2021 selon les chercheurs en France. Dimanche Florence Ader, infectiologue à l’hôpital de la Croix-Rousse de Lyon, a confirmé que « le Graal, c’est de trouver un vaccin, ou des vaccins.« 

VOIR AUSSI, Mémo : Jour 34 COVID-19, « Edouard Philippe fait le SAV du déconfinement, gestes barrières, tests et isolement des porteurs du virus »

Vaccins : 119 projets en cours

Grande-Bretagne : selon un recensement du centre de vaccin de l’université d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, il y a 119 projets de recherche d’un vaccin en cours dans le monde. Sanofi s’est associé au laboratoire GSK pour tenter de développer un vaccin en utilisant des technologies dites, innovantes. Sept projets sont dès à présent testés sur des êtres humains. Florence Ader, infectiologue a expliqué que l’Institut Pasteur va tester un vaccin chez l’homme « à partir de cet été.«