« au final, le rédacteur en chef a fait ses choix », ces mots, ce sont ceux des syndicats SNJ et CGT france.tv.

Ce mercredi, France 3 Languedoc-Roussillon organise un débat en direct, à partir de 21h05. Une débat où ne sont conviés que 4 des 14 candidats, Mohed Altrad (SE), Mickaël Delafosse (PS), Alex Larue (LR) et Coralie Mantion (EELV), « un choix – difficile à faire – bien sûr critiquable mais nous l’assumons en toute transparence » explique Christophe Chassaigne, rédacteur en chef de France 3 Languedoc-Roussillon.

Un choix difficile aussi pour SNJ CGT france.tv, « quatre candidats seulement seraient, hélas, invités : les têtes de liste LR, PS, EELV et l’homme d’affaires (le maire sortant et le candidat RN refusant de débattre au premier tour). Pourquoi eux? Quid des 8 autres listes ? Respectons-nous l’équité entre candidats ? Informons-nous convenablement les électeurs ? »

Face à cette situation quelque peu ubuesque, ils ont peut-être la solution, « organiser deux débats de 45 mn, au lieu d’un seul ». Une solution qui aurait été rejetée par le rédacteur en chef car « on ne l’a pas fait ailleurs ». C’est donc simple pour les syndicats SNJ et CGT france.tv de France 3 Languedoc-Roussillon, « l’équité, à savoir la justice et l’impartialité entre les candidats, n’est pas respectée. » « Une nouvelle fois les équipes ne sont pas écoutées alors qu’à l’extérieur de l’entreprise les critiques se déchainent. » Même son de cloche de la part d’une partie des candidats « mis de côté ».

Nous Sommes dénonce une « farce »

Pour le collectif citoyen, « le rédacteur en chef de France 3 Occitanie prétend s’appuyer pour cela sur les résultats électoraux précédents. Comment expliquer alors la présence de Mohed Altrad alors qu’il se présente pour la première fois ? Et l’absence de notre liste soutenue entre autre par la France Insoumise qui a réalisé 31% en 2017 à Montpellier ? »

S’il salue la décision de France bleu Hérault, de se désolidariser, il appelle encore « France 3 Occitanie à réagir rapidement. Soit le débat est annulé, soit plusieurs débats devront être organisés pour maintenir l’équité. La télévision publique ne saurait favoriser des candidats au détriment des autres dans un contexte électoral complètement incertain sur Montpellier. De même, nous appelons Coralie Mantion, Michaël Delafosse, Alex Larue et Mohed Altrad à se désolidariser de cette farce. »

Pour Clothilde Ollier, « France 3 Occitanie fait un choix politique contre le débat et le pluralisme »

Pour la candidate « Rassemblement des écologistes et de la Gauche », « les neuf listes ostracisées seront donc interdites de débat et dans l’impossibilité de présenter leurs propositions sur une chaine du service public financée par les contribuables », « la direction de France 3 Occitanie doit assumer que c’est un choix politique qui l’a conduite à sélectionner certains candidats au détriment des autres. »

La candidate continue, « nous proposons : aux listes choisies par France 3 de renoncer au débat par solidarité démocratique avec les listes écartées, aux listes écartées par France 3 (conduites par Rémi Gaillard, Patrick Vignal, Alenka Doulain, Jean-Louis Rouméguas, Maurice Chaynes, Kami Nazarian, Olaf Rokvam et Sylvie Trousselier) dans le cas où les listes privilégiées ne renonceraient pas au débat inique, d’organiser un débat pluriel jeudi 12 mars au soir. »

Le ton est plus dur du côté du candidat Rémi Gaillard, « pour l’unique débat télé avant le 1er tour des municipales, vous n’invitez vraiment que 4 candidats sur 14 ? Mais qui accepte de participer à votre dictature médiatique ? »