« Ensemble faisons ce que #NousSommes », comme pour signifier : arrêtons de faire ce qu’ils veulent. Le mouvement #NousSommes a inauguré, ce samedi matin sur les bords du Lez, une fresque verte qui représente Alenka Doulain, candidate aux municipales à Montpellier.

Réalisée, très tôt le matin, avec des mottes d’herbe et de la colle naturelle, entre la Faculté d’Économie et le pont Zuccarelli, sur les rives du Lez, la fresque impressionnante veut marquer une idée forte : le retour de la nature au coeur de la cité.

« Végétaliser partout où cela est possible »

Phase d’un programme ambitieux : « s’appuyer sur la nature pour adapter la ville au changement climatique. » L’idée, « végétaliser partout où cela est possible », comme sanctuariser les abords du Lez avec la réalisation d’une trame verte depuis le domaine Méric, jusqu’au marché du Lez. Cela implique également dans les mesures que prendra Alenka Doulain, « de stopper la bétonisation et l’artificialisation des sols. »

Interview avec Arnaud Matarin porte-parole de #NousSommes, et n°2 sur la liste pour les municipales de mars prochain. Son approche et sa définition de la dynamique #NousSommes qui prend une place de plus en plus importante, dans le paysage politique à Montpellier. Son point de vue sur l’idée des États généraux de l’immobilier d’Alex Larue candidat LR. Quid de l’éclatement des listes écolos ? Et #NousSommes : la politique, c’est l’affaire de tous ? 

« Faire changer les imaginaires »

La prise de parole de Nadia Rhezlani et Arnaud Matarin a permis de mettre en valeur “Un Nouvel Espoir” le projet du mouvement #NousSommes pour Montpellier : « la première étape pour aborder un changement radical dans une ville, c’est d’abord de faire changer les imaginaires. Que l‘on puisse imaginer que les choses peuvent et doivent se faire de façon différente. » Vidéo :