[VIDEO & ITW] Delevoye, Jean-Paul de son prénom : l’homme qui fuit le réel est off. Démissionnaire, il n’aurait pas eu le temps de signaler un quatorzième mandat à 6.000 euros par mois. Mais ce mardi 17 décembre, les mobilisations face à la réforme des retraites se poursuivent. #Montpellier, le rendez-vous a été donné à 10h00 place Zeus.

L’ancien ministre de Jacques Chirac, Jean-Paul Delevoye accessoirement haut-commissaire aux retraites « ne voulait pas gêner le gouvernement, » un gouvernement qui semble peu dérangé dans ses contradictions, et qui défend une réforme « juste et équilibrée », tout en mettant pour le moment, semble-t-il, les forces de police à « l’abri » de celle-ci.

VOIR AUSSI : « La bonne foi de Jean-Paul Delevoye est totale », affirme le Premier ministre Édouard Philippe

L’entrée en scène de la CFDT

« C’est un besoin » pour les Français. Autre tonalité de Laurent Berger qui a réaffirmé la nécessité de faire une pause dans la mobilisation, pour la période des fêtes. Mais avec un « en même temps » à sa façon, le secrétaire général de la CFDT a appelé à la grève et à manifester ce mardi. Laurent Berger veut le retrait de l’âge d’équilibre.

#Montpellier #17décembre Mobilisation

Âge-pivot, ou encore âge d’équilibre, il pourrait entrer en vigueur dès 2022. Explication : les salariés nés à partir de 1960 sont concernés et ceux nés à partir de 1965 devront travailler jusqu’à 64 ans, s’ils veulent pouvoir bénéficier du taux plein. L’âge d’équilibre, c’est le point de rupture, et l’entrée de la CFDT dans la mobilisation.

Interview de Patrick Crosnier, membre de la commission exécutive CFDT UD34 :

#17Décembre forte mobilisation

Après les manifestations des 5 et 10 décembre contre la réforme des retraites, la troisième journée interprofessionnelle de mobilisation ce mardi 17 décembre rencontre une forte mobilisation. Tous souhaitent « un système juste et solidaire » et aussi maintenir la pression sur le gouvernement Philippe. « Restons unis, maintenant il nous faut vraiment obtenir le retrait de ce projet. Ce projet inacceptable qui va pénaliser lourdement l’ensemble des salariés du privé, l’ensemble des fonctionnaires dans le public, » explique Stéphane Audebeau secrétaire départemental du SNES FSU 34.

Cheminots, enseignants, fonctionnaires, avocats, magistrats, professionnels de la justice, internes, médecins et soignants, mais aussi pilotes, hôtesses, stewards, et gilets jaunes sont mobilisés dans les différents cortèges en France. Et, « pour les étudiants une mobilisation est lancée depuis plus d’un mois, notamment sur la question de la précarité étudiante […] nous continuons la lutte face à ce gouvernement, » précise Cecile Alphon-Layre de Solidaires étudiant, aujourd’hui à Montpellier.

L’opposition à la réforme des retraites de Virginie Rozière co-présidente des Radicaux de Gauche « a toujours été claire, là il y a une cohérence et une continuité, » assure-t-elle. Puis explication de la ligne rouge franchie par Mohed Altrad, attitude qui a motivé les radicaux de gauche à retirer leur soutien à Mohed Altrad pour les municipales de Montpellier.

Interview de Virginie Rozière co-présidente des Radicaux de Gauche :

10.500 manifestants selon la préfecture, 20.000 selon la CGT

Réussite de cette mobilisation, selon la CGT environ 20.000 manifestants étaient présents à Montpellier, 8000 à Béziers et 1500 à Sète. Pour Serge Ragazzacci secrétaire départemental de la CGT UD34 « aujourd’hui le mouvement est plus fort que jamais, plus déterminé … oui, le mouvement se renforce. » Pour la Préfecture l’évaluation des participants se situerait autour de 10.500 à Montpellier.

« La grève tous ensemble »

À Alès, dans le discours de début de manifestation, « Delevoye est parti. Maintenant c’est son projet qui doit partir. Pour cela, ne comptons que sur nous-mêmes et notre capacité à bloquer l’économie par la grève. La grève tous ensemble… » annonce Gilles Besson Secrétaire général UD FO 30.

« Ma détermination, celle du gouvernement, celle de l’ensemble de la majorité, est totale ! »

Côté gouvernement le Premier ministre Édouard Philippe ne semble rien vouloir lâcher, quitte à « gâcher », les vacances de Noël des Français : « nous avons dit clairement quel était notre projet. Et sur ce projet, sur la création d’un régime universel de retraites, ma détermination, celle du gouvernement, celle de l’ensemble de la majorité, est totale ! Je le dit calmement, elle est totale. »