Initialement mis au point en Corée du Sud, cette nouvelle technique est à présent disponible en France et au CHU de Montpellier en particulier, depuis 2017.

En pratique, sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale, une électrode est implantée dans le nodule thyroïdien à traiter, afin de détruire en partie le tissu du nodule (formation anormale, arrondie, palpable qui peut être une tumeur bénigne ou maligne) et de le remplacer par une cicatrice à peine détectable à l’échographie de contrôle. La diminution du volume s’installe 3 à 6 mois après le traitement, il peut toutefois exister certaines contre-indications, notamment lorsque le nodule n’est pas bénin ou lorsque les nodules sont mal placés.

Cette technique est, aujourd’hui, réalisée dans le service d’O.R.L. du CHU de Montpellier, par l’équipe du Professeur Renaud Garrel.

Fort de ce savoir-faire, les spécialistes français de la thermoablation se rencontreront, lors des « Journées de la Thyroïde », qui se dérouleront les 4 et 5 octobre, pour partager leurs pratiques et mettre au point des recommandations pour cette technique afin qu’elle soit rapidement prise en charge par la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie.