Une vague verte s’est formée ce dimanche. Elle pourrait emporter Montpellier dans 10 mois lors des élections municipales. Car les Montpelliéraines et les Montpelliérains ne sont pas dupes. Le mandat municipal qui s’achève aura été un mandat perdu pour l’écologie à Montpellier.

Élections européennes: les urnes ont parlé à Montpellier.
Avec 19,37 % des suffrages exprimés, la liste des écologistes conduite par Yannick Jadot est arrivée en deuxième position.

Ne nous y trompons pas. Ce succès des écologistes à Montpellier ne doit pas masquer la menace d’une extrême-droite en progression dans le reste du Département de l’Hérault. Et il nous revient, avec d’autres, de convaincre et d’apporter des solutions concrètes pour faire reculer ce vote de protestation sociale sur lequel prospèrent nationalistes et xénophobes. Fin du monde, fin du mois, même combat !

Ce succès des écologistes à Montpellier est aussi un signal et un encouragement.  Une vague verte s’est formée ce dimanche. Elle va donner une nouvelle force au groupe écologiste pour défendre, au Parlement de Strasbourg, des politiques ambitieuse en faveur du climat, de la biodiversité, de la santé.

Cette vague verte pourrait également emporter Montpellier dans 10 mois lors des élections municipales.

Car les Montpelliéraines et le Montpelliérains ne sont pas dupes.
Le mandat municipal qui s’achève aura été un mandat perdu pour l’écologie à Montpellier.

La Ligne 5 de tramway repoussée aux calendes grecques alors qu’elle devrait être en fonction depuis 2 ans déjà.
Un réseau de bus au point mort. Des annonces de nouvelles lignes Métronome sans lendemain.
Des pistes cyclables à l’abandon. Un Plan Vélo voté dans la précipitation. Sans objectif, sans calendrier, sans budget.

Durant son mandat, au lieu d’inaugurer la Ligne 5 de tramway, Philippe Saurel aura inauguré le doublement de l’autoroute A9. 23 km de bitume qui n’ont fait qu’augmenter le trafic routier et la pollution sur Montpellier. Tout un symbole !
Au lieu de défendre le maintien des TGV au centre-ville en gare Saint-Roch, il aura fait le choix de la nouvelle gare Sud de France. Une gare excentrée à 142 millions d’euros, sans connexion TER ni desserte tramway.
Au lieu d’investir massivement pour le développement des pistes cyclables, il aura préféré dépenser des millions pour bâtir un nouveau stade de foot dont personne ne veut.

Partout dans la ville, le béton coule à flots. La moindre parcelle est livrée à la voracité des promoteurs. Les espaces naturels reculent. Les terres agricoles sont sacrifiées. Et pendant ce temps Philippe Saurel convoque la presse pour planter un arbre devant les caméras …
Quelle mystification !

Il est temps de reprendre notre destin en main. Il est temps de bâtir, avec les Montpelliéraines et les Montpelliérains, une alternative citoyenne au service d’une véritable transition écologique et solidaire. La vague verte qui s’est formée dimanche nous oblige. Rassemblés et ouverts, les écologistes seront au rendez-vous.

Manu Reynaud
Porte-parole d’EELV (Europe écologie les verts)
Montpellier