Vendredi 23 novembre à Nîmes, Morgan, l’un des organisateur du mouvement des « gilets jaunes » a remis, à l’équipe du Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, une lettre comprenant quelques unes des revendications nîmoises.

VOIR AUSSI : #GiletsJaunes, le Gard s’organise : la politique est l’affaire de tous

« Voici une liste sur laquelle vous pourrez retrouver nos revendications, liste votée à la majorité par les gilets jaunes à Nîmes. À ce jour, nous vous tendons une main afin d’ouvrir et d’entretenir un dialogue.

  • Revalorisation des salaires
  • Baisse des impôts sur le revenu (CSG)
  • Baisse des charges patronales et salariales (URSSAF, RSI, MSA, Art 80 DES AMBULANCIERS)
  • Baisse des taxes sur le carburant (écologie non punitive)
  • Redonner plus de parole aux citoyens en faisant appel à un référendum pour redonner plus de pouvoirs politiques aux régions
  • Redonner les cinq euros d’APL aux étudiants

Merci de l’attention que vous nous accordez, cordialement les gilets jaunes. »

Deuxième étape pour les « gilets jaunes » : la stratégie de pression économique.

Cent à cent cinquante « gilets jaunes » détenaient, hier soir, des points de blocages à la zone industrielle de St Césaire, de Garons, et de Grézan. En relation avec la police nîmoise, les organisateurs ont négocié la non-intervention des CRS dans les conditions suivantes :

  • absence d’alcool sur les points de blocage ;
  • Laisser sortir les camions une à deux heures par jour.