Cinéma, théâtre, littérature, arts plastiques… La Ville pilote un dispositif culturel particulièrement riche pour sensibiliser les jeunes enfants à la création artistique.

Ouvrir les enfants à l’art  dès leur plus jeune âge, tel est l’objectif du plan local d’éducation artistique et culturelle / Pleac, porté par la Ville. Présenté lundi dernier aux enseignant.e.s  des écoles maternelles et élémentaires de la Ville, ce dispositif donne carte blanche aux équipes pédagogiques pour monter des projets artistiques. Il étaye ainsi la large palette d’activités culturelles déployées sur la lagune. Le CinéMistral notamment propose des projections et ateliers spécifiques. La Scène Nationale programme des spectacles à destination des scolaires, avec possibilité de visiter le théâtre Molière et de rencontrer les artistes. Enfin, la médiathèque Montaigne et le réseau des musées* de Sète Agglopôle Méditerranée accueillent aussi des classes.

«Peu de communes présentent une telle offre où sont associées la Drac** et la direction de l’Education Nationale », souligne Fabien Jouve, conseiller pédagogique du département art et culture de l’Académie. En effet, dans l’Hérault, seules Frontignan la Peyrade et Montpellier ont un Pleac. « Avec ce type d’actions, l’enfant questionne l’œuvre et il est à l’œuvre, poursuit Fabien Jouve.  Un aller-retour très intéressant.»

Entre 800 et 1000 enfants impliqués chaque année

Entre 800 et 1000 enfants – soit la moitié des élèves scolarisés – bénéficient chaque année de cette initiation artistique. « Il n’est en aucun cas prévu de diminuer le budget alloué à ces dispositifs, assure Claudie Minguez, première adjointe, déléguée à l’éducation et à la parentalité. Nous engageons chaque année 30 000 euros, dont près de la moitié pour les projets avec les artistes. Et même s’il faut allonger cette enveloppe, nous le ferons ».

« Charlie Chaplin, Buster Keaton… Au CinéMistral, les enfants découvrent des films auxquels ils ont rarement accès, se félicite Marie-Claude Domeneghetty, directrice de l’école des Lavandins. De même, le théâtre est souvent une première pour eux et ils adorent. » « C’est intéressant pour nous aussi, intervient une enseignante, car dans ce contexte les enfants sont différents. Certains, pas forcément scolaires, révèlent une sensibilité étonnante. »

Valérie Laval Theillard, directrice de l’école Sainte-Thérèse, adhère aussi au dispositif « même si le travail pour monter les dossiers nous refroidit parfois ».  A Anatole-France 2, la directrice Nicole Forner  embarque tous les ans l’ensemble des élèves dans un projet commun.  « Cette année, nous allons travailler sur l’environnement, avec la création d’une œuvre à partir d’objets de récupération. En lien avec cette thématique, il est aussi prévu de végétaliser la cour en partenariat avec la Ville et le conseil de quartier. »

Seul bémol dans cette belle partition artistique, l’arrêt des animations musicales. L’Agglo étant semble-t-il débordée par les inscriptions au nouveau conservatoire intercommunal/CRI, dont la construction n’est toujours pas terminée.

* Le réseau comprend le musée gallo-romain Villa Loupian, le Jardin antique méditerranéen et le musée ethnographique de l’étang de Thau

**Drac : Direction régionale des affaires culturelles

Frontignan la Peyrade