Montpellier : « Bataille d’O » et canicule, la fermeture fait pschitt…

C’est une histoire d’eau et de chaleur qui a eu lieu vendredi après-midi devant la piscine municipale Neptune de Montpellier.

Depuis le début de l’été et même par 38 °C à l’ombre, la piscine municipale Neptune de La Paillade n’était ouverte au public que le matin. Avec une exception, pour les enfants du quartier entre 8 et 14 ans et dont les parents avaient souscrit aux animations sportives « L’été à La Mosson », qui pouvaient, eux, profiter des deux piscines de plein air de l’équipement municipal.

Une étrangeté propre à Montpellier, alors que l’équipement avait pourtant recensé près de 150 000 entrées en 2017, juste derrière la piscine d’Antigone. Une étrangeté, mais pas une étrangeté nouvelle puisque le centre avait même été fermé en plein cœur de l’été suite à des actes de vandalisme isolés.

L’équipement était donc le seul en plein plan canicule à ne pas accueillir d’usager l’après-midi.

On aurait pu croire assez logiquement dans ce contexte, bien que cela soit difficile à comprendre, que l’équipement resterait inaccessible au plus fort de la canicule et jusqu’à la fin août.

Mais, comme dans bien des villes les citoyens en ont décidé autrement… Ainsi, vendredi après-midi, les Pailladins avec l’aide de La France insoumise, ont organisé devant la piscine municipale, une bataille d’eau pour dénoncer « cette punition collective » et demander l’« égal accès aux biens publics », parlant à ce propos d’un « véritable “apartheid” entre les Montpelliérains sur le libre accès à la piscine Neptune du quartier de La Paillade. »

La mairie a présenté peu après la manifestation un « plan canicule ».

Patrick Rivas, adjoint au Maire de Montpellier, délégué aux Sports, dépêché sur place, a présenté dans la foulée et avec un timing parfait, un « plan canicule » ad hoc, permettant au moins l’ouverture jusqu’à dimanche de la piscine municipale. Les Pailladins espèrent, nombreux eux, que l’initiative sera maintenue jusqu’à la fin de l’été, mais pour le moment c’est une autre histoire.

Si la bataille fut brève, la victoire semble éclatante pour les deux hommes à l’initiative de la manifestation aquatique : Ichem Moghel, syndicaliste, et Rhany Slimane, co-animateur du pôle « autoorganisation » de La France insoumise.

Et comme pour répondre à cette manifestation improvisée, Philippe Saurel, Maire de Montpellier et Président de la Métropole était présent samedi à la piscine Neptune.

Une trempette sûrement bien méritée pour le premier édile de la Ville, et qui lui donnera peut-être le goût de rendre : l’extraordinaire d’ouvrir une piscine municipale l’après-midi, lors d’un été caniculaire : ordinaire.