En mai 68, Monique Dental, présidente et fondatrice du Réseau Féministe « Ruptures » a 25 ans. Elle est en instance de divorce. Elle a deux enfants, et travaille depuis déjà, une dizaine d'années.

Cette ainée d'une famille ouvrière a commencé sa vie de salariée, à l'âge de quatorze ans et demi. Elle garde à l'esprit que la connaissance est synonyme de liberté, et grâce aux cours du soir, elle réussira à briser les chaines de l'ignorance. L'occupation de la Sorbonne lui donnera l'espoir d'une révolution, qui veut offrir à toutes et à tous, un nouvel avenir. Mais la réalité d'une société qui, même dans la révolte, a pour fondement la descendance par les mâles et le pouvoir paternel, n'est pas encore ouverte pour partager de façon paritaire cet évènement.



Pour lire la suite, vous devez être connecté et abonné.

Merci, vous êtes de plus en plus nombreux à lire et à regarder lemouvement.info. Nous ne sommes rattachés à aucun lobby, aucun groupe industriel, ou parti politique, pour garder notre indépendance éditoriale et notre liberté de ton votre soutien est essentiel, n'hésitez pas à vous abonner.

Je m'abonne !


Je me connecte :