© Illustration
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Aux côtés des Atsem et des agents !  Retrait de la plainte, satisfaction des revendications !

La mairie de Montpellier a décidé d’utiliser la loi Dussopt pour aller jusqu’au bout de ce qu’elle pourrait en tirer : faire  travailler 10 heures d’affilée les ATSEM, qui vont remplacer les animateurs vacataires pour les activités périscolaires.  Ces derniers vont donc perdre leur maigre revenu, et ce sont les ATSEM qui devront faire leur travail, dans une logique  purement comptable.

Face à ce mépris sans bornes caractérisant une mairie s’illustrant par sa fascination pour Macron et sa société sur le  modèle Uber, sans droits et sans contestation possible, les ATSEM et les agents se sont réunis devant la mairie mardi dernier, et ont poussé les grilles anti-intrusion (sic).

La Mairie, sans vergogne, a décidé de porter plainte et a annoncé que les ATSEM seraient convoquées devant un conseil  de discipline.

Nous relevons que tout cela ne se fait pas sous l’impulsion de l’extrême droite (ou de « ses idées »), mais d’un Maire  socialiste.

Rappelons que l’équipe municipale est composée d’élus PS, PC et ELLV (l’écologie politique mène décidément à tout).  Pour le moment, aucun de ces élus composant la majorité n’a exigé publiquement que la plainte envers les ATSEM soit  retirée. C’est ce soutien politique depuis le début de la mandature qui permet au Maire d’aller aussi loin dans le mépris  et la violence sociale vis-à-vis de travailleuses qui sont déjà épuisées.

Notons qu’à cette occasion, les grands discours sur le droit et le respect des femmes se sont évanouis.

A ceux qui noircissent des pages sur les raisons de l’abstention record pour les élections départementales et régionales :  inutile d’aller chercher bien loin.

Nous nous joignons à tous ceux qui ont déjà exprimé publiquement leur solidarité envers les ATSEM et les agents en  demandant le retrait de la plainte, en particulier la députée LFI Muriel Ressiguier, la conseillère municipale Alenka  Doulain et le mouvement « Nous sommes ».

Plus que jamais, le POI apporte son soutien aux ATSEM et agents, unis avec leurs syndicats, face à une municipalité  qui ne recule devant aucune bassesse. Jaurès disait : « le courage c’est de chercher la vérité et de la dire ». La vérité,  c’est que les organisations qui soutiennent la mairie d’une manière ou d’une autre portent une responsabilité dans ce qui  arrive aux ATSEM.

Parti Ouvrier Indépendant 

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Nîmes : Deux courses Camarguaises, les 19 et 26 août, aux Arènes

La société SCP France et la Ville de Nîmes organisent deux courses camarguaises dans le cadre des Jeudis de Nîmes, les 19 et 26 août, à 18h30, aux Arènes. Côté...

Béziers Agglomération : Les « Mardis aux Arènes » continuent tout l’été

Après un premier rendez-vous réussi, les « Mardis aux Arènes » continuent tout l’été. Mardi dernier, plus de 600 personnes se sont donné rendez-vous aux Arènes, pour un total de 1800 tickets...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES