Rugby : Perpignan - Oyonnax
Rugby : Perpignan - Oyonnax (Photo © Zébulon USAP Perpignan)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Respectivement 2e et 3e au classement au coup d’envoi, après la victoire des surprenants Vannetais contre Soyaux-Angoulême un peu plus tôt dans la soirée, le match, à Perpignan, entre les Pyrénéens et les joueurs d’Oyonnax s’annonçait comme un choc décisif pour la suite du championnat. Il a tenu toutes ses promesses. Au coup de sifflet final, les locaux sont restés maîtres chez eux !

Il ne fallait pas arriver en retard à Aimé-Giral, magnifique stade de rugby en périphérie de Perpignan. Les visiteurs du soir étaient visiblement venus avec le couteau entre les dents. Dès les premières minutes, les joueurs d’Oyonnax mettaient la main sur le ballon et manquaient de peu l’occasion d’ouvrir le score, sur une pénalité pourtant facile, loupée par leur buteur maison, Jérémy Gondrand.

Il n’en fallait clairement pas plus pour permettre aux Usapistes de rentrer dans leur match. Progressivement, dans le premier quart d’heure, ils se montraient de plus en plus combatifs sur chaque ballon.

À l’inverse de leurs adversaires, les Perpignanais ouvraient le score par une pénalité réussie par l’arrière Melvyn Jaminet. Une réussite qui venait couronner une belle action menée par le même Pyrénéen quelques secondes avant, ballon en main, au large.

Moins en réussite, le même Jaminet tentait une pénalité en coin qui venait s’écraser sur le poteau adverse, au grand dam du directeur sportif catalan, Christian Lanta, présent en tribune.

Malgré cet échec, l’arrière insufflait clairement aux usapistes sa rage de réussir. Cette volonté portait ses fruits. Ballon en main, les Catalans devenaient trop rapides pour leurs adversaires et d’une fluidité de jeu agréable pour la poignée de journalistes et de spectateurs présents en tribune, en plus des 4366 peluches invitées par le club.

Décidément très en jambes, les catalans se décidaient enfin à jouer toujours plus au large pour étirer leurs adversaires. Une tactique certes épuisante pour le physique des solides locaux, mais qui leur permettait de conforter leur avance au tableau d’affichage par un essai marqué toute en roublardise par Jean Bernard Pujol ( , 22e). Mais, cruel pour les Catalans, cet essai allait être refusé par la vidéo.

Dès lors, durant de longues minutes, les Oyonnaxiens reprenaient le contrôle du match et les locaux disparaissaient du pré. Dominés, les hommes de Patrick Arlettaz subissaient un essai en contre par le joueur oyonnaxien Adrian Sanday et transformé dans la foulée par Jérémy Gondrand (3à7, 26e).

Heureusement pour les coéquipiers du jeune Jaminet, l’essai Rhône-alpin venait réveiller les Catalans. À nouveau combatifs et courageux sur le pré, ceux-ci marquaient un essai par Génésis Mamea Lemalu quelques secondes avant la pause.

Les 30 joueurs rentraient aux vestiaires. Les locaux menaient logiquement sur le score de 10 à 7 à la pause.

Pas aidé par un arbitrage particulièrement tatillon et soucieux de ne pas laisser le jeu se développer, la deuxième partie du match a été légèrement moins intense que la première.

Heureusement, les Usapistes creusaient l’écart au tableau d’affichage par le puissant troisième ligne centre samoan Génésis Mamea Lemalu. Un essai rapidement transformé par le jeune Melvyn Jaminet. (17 à 7, 46e minute.)

Par deux fois, les avants d’Oyonnax se retrouvaient dans des phases offensives très favorables à quelques mètres de la ligne d’en-but catalane, sans parvenir à bouleverser le score en faveur des visiteurs.

À trois minutes d’une fin de match marquée par un début de bagarre générale, sanctionnée d’un carton rouge dans chaque équipe (Valentin Ursache pour Oyonnax, Matthieu Acebes pour Perpignan.), c’est une nouvelle fois le jeune arrière Melvyn Jaminet qui, du haut de ses 20 ans, à l’occasion de mettre définitivement à l’abri son équipe.

Aussi appliqué que concentré, le jeune catalan réussit la pénalité de la gagne. Plus rien ne sera marqué dans les 120 dernières secondes. Perpignan remporte ce choc à domicile contre Oyonnax sur le score de 20 à 10.

 

[VIDEO] Interview de Christian Lanta, Manager général USAP Perpignan :

Réactions d’après match :

Manny Edmonds (Manager Oyonnax) : « On avait annoncé qu’il y aurait un combat. Il a bien eu lieu. On a fait trop de petites erreurs. Contre une très belle équipe de Perpignan, ça ne pardonne pas. On fait un match correct. Le seul regret, c’est que l’on repart ce soir avec 0 point au classement. C’est dommage. Mais, on va travailler pour corriger les petites erreurs commises ce soir. »

Lucas Bachelier (2e ligne, USAP Perpignan) : « La victoire de ce soir est très importante. Cela l’est d’autant plus que c’est à la maison. C’est précieux. Cela fait du bien à tout le groupe. Même si ça n’a pas été un grand match, on gagne chez nous et ça fait du bien. Ce n’était vraiment pas un match abouti, avec beaucoup de fautes, beaucoup de jeu au pied. Mais ce soir, on ne retiendra que la victoire. »

Melvyn Jaminet (Arrière, USAP Perpignan) : « On s’attendait à un combat. On l’a eu. Le résultat est très satisfaisant. On prend 4 points au classement, eux aucun. C’est très bien. Par contre, on ne fait pas un grand match. On a des choses à améliorer. (Sur sa concentration, sur la fameuse pénalité à la 70e minute.) Je ne pense à rien. Je me concentre sur ma routine. Que ce soit cette pénalité-là ou les autres, je ne pense à rien. Je reste dans ma concentration. Après, c’est vrai que celle-là passe entre les poteaux, ça fait du bien à toute l’équipe. Derrière Oyonnax ne marque pas, on gagne. On ne retiendra que la victoire. Mais, vraiment, pour moi, je fais tout pour ne penser à rien juste avant de taper une pénalité. Je tiens à ma routine. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

[VIDEO] Rassemblement contre le LIEN, pour René Revol, « il faut une rupture pour mettre en application nos idées et nos valeurs »

[VIDEO] Le Maire de Grabels et Vice-Président de Montpellier Méditerranée Métropole organisait ce samedi, un rassemblement devant la Mairie pour « défendre notre patrimoine naturel commun ». VOIR AUSSI : Hérault, le...

Septembre 2021 Sophie Béjean, Amélie de Montchalin, Michaël Delafosse, Philippe Augé (©JPV)

[VIDEO] Talents du service public : « Vous incarnez un grand espoir, celui de rapprocher l’action publique, des Français »

Vendredi 17 septembre, la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin lançait aux étudiants, « vous incarnez un grand espoir, celui de rapprocher l’action publique, des...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
ANNONCES LÉGALES