[Tribune] Comment appliquer la distanciation et les gestes barrières avec de jeunes enfants ?

"Pile de livre", devant le Rectorat à Montpellier - « Prof en colère »

[Tribune] Plusieurs enseignants syndiqués et non syndiqués du 1er degré de l’Hérault ont décidé de lancer une pétition, « sans dépistage
pour tous, sans protection (masques, gel et désinfection des locaux et du matériel), il ne peut y avoir de reprise le 11 mai. »

VOIR AUSSI : Coronavirus : 806 hospitalisations en cours et 342 décès à l’hôpital, en Occitanie

La pétition soutenue notamment par la CGT éducation34, le Snudi FO34, le Snuipp34, a recueilli, à ce jour, 139 signatures venant de 26 écoles de l’Hérault.


Nous sommes des enseignants de plusieurs écoles de l’Hérault.

Nous avons entendu le président Macron dans l’allocution du 13 avril annoncer la réouverture progressive des crèches, et des établissements scolaires pour le lundi 11 mai. Un grand flou sur les modalités concrètes accompagne cette annonce : « tout le monde ne rentrera pas au même moment » a déclaré le ministre de l’Éducation Nationale. Cette annonce provoque les plus grandes inquiétudes chez les collègues.

De nombreux médecins ont dénoncé une possible reprise de l’épidémie car « les enfants sont des vecteurs potentiels » , qu’il est « très difficile en milieu scolaire de faire respecter les gestes barrières », et qu’il n’y a « pas d’explication médicale, infectieuse ou épidémiologique à déconfiner dans le milieu scolaire en premier ». Ils posent comme préalable que toutes les mesures de protection soient prises pour les élèves et les personnels. Lors des élections,on nous avait assuré que toutes les précautions étaient prises, on sait aujourd’hui que ces élections ont propagé la contamination et que plusieurs maires sont décédés du Covid 19.

Nous aimerions tous retrouver nos élèves et notre travail. Nous avons tous conscience des effets néfastes de la déscolarisation sur nos élèves les plus fragiles. Nous déplorons d’être en télétravail, car l’intérêt de notre métier réside largement dans ses dimensions pédagogique, interactive et humaine. Or faire classe, ce n’est pas faire de la garderie pour les enfants des salariés qui devront reprendre le travail.

Cependant, devant les risques encourus par les élèves, les personnels et les familles, nos inquiétudes et notre incompréhension sont grandes : Pourquoi rouvrir les établissements et les cantines et laisser les restaurants fermés ? Comment appliquer la distanciation et les gestes barrières avec de jeunes enfants ? Si tous les enfants ne reprennent pas en même temps et en groupes réduits,

  1. comment organiser la garde des enfants d’enseignants qui n’iront pas en classe ?
  2. que feront les enfants qui n’auront pas classe, et avec lesquels l’enseignant ne pourra pas travailler à distance ?
  3. chaque enfant aurait une journée d’école par semaine, donc 8 journées jusqu’aux vacances, le jeu en vaut-il la chandelle ?

Comment accepter de mettre ainsi notre santé à tous en danger ? Pour toutes ces raisons, comme des collègues ont déjà commencé à le faire et comme même le maire de Montpellier Philippe Saurel l’a indiqué dans la presse, nous disons : sans dépistage pour tous, sans protection (masques, gel et désinfection des locaux et du matériel), il ne peut y avoir de reprise le 11 mai. C’est pourquoi nous demandons des réponses précises au Préfet de l’Hérault à toutes ces questions avant de pouvoir retourner dans nos classes. Nous demandons à ce qu’une délégation soit reçue par le Préfet, accompagnée des syndicats du premier degré. 

Nous décidons de faire connaître notre décision aux collègues du département et nous leur proposons de signer cet appel. Nous invitons les parents à le soutenir. 

Nous informons les syndicats de cet appel qu’ils peuvent soutenir s’ils le souhaitent.

Pour donner les signatures, envoyer un mail à sr4821@gmail.com en mettant le nom de l’école et le nombre d’enseignants. 

Premiers signataires : enseignants des écoles Freud (10), Cocteau (7), Moulin (5), Diderot (2), Mitterand (1), Armstrong (13), Vasco de Gama (7), Simenon (1), Delteil (3), Signoret (1), Daubié (12) à Montpellier enseignants des écoles Daudet (8), Rostand (1) à Clermont l’Hérault  enseignants de l’école Benedite (6) à Villetelle enseignants des écoles Bazille (9), Camus (3), Hugo (8) à Agde  enseignants des écoles Brel (9), Roustan (1), Courbet (1), Curie (12), Gambetta (8) à Lunel enseignants de l’école Pagnol (10) à St Just  enseignants de l’école Laures (8) à Gignac enseignants des écoles Franck (1), Gaubil (1) à St André de Sangonis