Le projet proteoCOVID, soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et coordonné par le Pr Sylvain Lehmann, responsable du Laboratoire de Biochimie et protéomique clinique au CHU de Montpellier a démarré.

VOIR AUSSI : Coronavirus : 806 hospitalisations en cours et 342 décès à l’hôpital, en Occitanie

Le projet a pour objectif d’étudier les zones clés et les formes modifiées de la protéine « Spike », protéine qui joue un rôle important dans le mécanisme de la maladie associée au virus SARS-CoV-2. L’objectif final du projet est de mettre au point un test de détection spécifique, sensible et innovant pour le Covid-19. Les premiers résultats sont attendus, en septembre prochain.

Les caractéristiques de la protéine« Spike » sont à l’origine à la fois des propriétés infectieuses du virus SARS-CoV-2 (entrée dans les cellules) et également des anticorps que le patient va développer en réponse à l’infection.

Des résultats très attendus

Le projet doit permettre une meilleure compréhension de la manière dont le virus interagit avec son hôte au niveau cellulaire et moléculaire, l’identification de nouvelles cibles protéiques antigéniques et la génération d’anticorps spécifiques pour des applications de détection des protéines virales et le développement de kits de diagnostic plus performants détectant les anticorps spécifiques au virus présent chez les patients afin d’assurer un dépistage sanguin, outil essentiel pour le contrôle et le suivi de la maladie

Les connaissances acquises devraient aussi avoir un impact pour le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Un projet qui met Montpellier à l’honneur

Sélectionné dans le cadre de l’appel à projets ANR Flash-Covid 19, ce projet rassemble la Plateforme de Protéomique Clinique du CHU (Pr Christophe Hirtz), l’équipe de Virologie Moléculaire et Cellulaire de l’Institut Pasteur de Lille (Pr Anne Goffard) et la société Montpelliéraine IDvet (Loïc Comtet) qui développe, fabrique et commercialise des tests diagnostiques pour les maladies infectieuses.

En pratique, le projet est basé sur des analyses en spectrométrie de masse quantitative menées au sein de la Plateforme de Protéomique Clinique du CHU (Pr Christophe Hirtz et Dr Jérome Vialaret, https://ppc-montpellier.com/). L’analyse portera sur des virus purifiés produits par l’équipe Lilloise et inactivés avec l’aide d’IDvet pour garder intactes les structures des virions. L’analyse de ces virions, de protéines recombinantes produites par IDVet et de prélèvements de patients provenant de la collection biologique « Covidothèque » du Centre de Ressources Biologiaque (CRB) du CHU doit permettre de caractériser les zones épitopiques de la protéine (liaisons aux récepteurs, antigénicité, action neutralisante).