Elysée : 15 minutes après 20h00, qu’en sera-t-il du Coronavirus ?

France. Ce soir 20h00 à l’Élysée, une quinzaine de minutes très attendues de la parole du président de la République, Emmanuel Macron, où tous les scénarios possibles semblent envisageables.

Selon le JDD (Le Journal du Dimanche) qui aurait des contacts avec un proche de l’entourage du président : « rien n’est décidé, » sur la nouvelle position à adopter face à l’épidémie de Covid-19. Leur source confirmerait que dans les dernières heures, l’évolution de la situation devrait inciter le chef de l’État à annoncer des mesures fortes.

L’une de ces mesures : les élections municipales, prévues les 15 et 22 mars pourraient être reportées. Méthode : en prenant un décret, le gouvernement pourrait décaler le scrutin d’une semaine dans un premier temps, pour ensuite définir formellement le report du scrutin avec un projet de loi.

Édouard Philippe, et les présidents des Assemblées et des groupes parlementaires

Ce matin, Édouard Philippe recevait dans la matinée à Matignon les présidents des Assemblées et des groupes parlementaires, les chefs de partis et les dirigeants des associations d’élus : « la question du report des municipales n’a aucunement été abordée » selon un proche d’un des participants. Une réunion qui avait lieu dans un souci de transparence.

VOIR AUSSI : Coronavirus : 118 cas confirmés en Occitanie

En Occitanie, l’Agence régionale de Santé confirme ce jour six cas supplémentaires de coronavirus en Haute-Garonne, ce qui porte à 13 le nombre de cas confirmés dans le département.

Selon le protocole en vigueur, 11 patients sont actuellement pris en charge par les équipes du CHU de Toulouse. Il s’agit de cinq femmes âgées de 25, 38, 40, 50 et 58 ans, quatre hommes âgés de 40, 41, 44 et 70 ans, et un couple âgé de 48 et 54 ans. Les deux premiers patients diagnostiqués ne sont plus, à présent, hospitalisés.

Montpellier, Philippe Saurel donne son point de vue via Twitter :

18h40, Maire de la Ville et Président de la Métropole, Philippe Saurel s’exprime : « il ne me parait pas raisonnable de tenir le scrutin municipal dans ces conditions.«