41e jour de grève et de mobilisation, 2500 manifestants déterminés à Montpellier et 2000 à Béziers, selon la CGT. Les grévistes continuent de rejeter la réforme des retraites.

Un départ place Zeus, contre un projet qui manque de transparence. Où l’équité et la responsabilité tant vendues par la majorité trouvent déjà des exceptions : policiers, routiers, pilotes… À Montpellier les manifestants crient : « la retraite, elle est à nous, on s’est battus pour la gagner, et on se bat pour la garder. »

« Il n’y a pas d’ambition sociale dans cette réforme »

C’est une réforme ambitieuse, c’est une réforme de justice et c’est une réforme qui doit être équilibrée,” déclame le Premier ministre face à Laurent Delahousse. Réaction de Serge Ragazzacci sur cette réforme dite « ambitieuse » par Édouard Philippe : « il faudrait qu’il le démontre […] Le calcul sur l’ensemble de la carrière, ça fait ressortir tous les moments de précarité, les temps partiels que subissent massivement les femmes … il n’y a pas d’ambition sociale dans cette réforme… »

ITW Serge Ragazzacci, secrétaire départemental de la CGT (34)

Mais sans cesse répétée et montrée, la détermination d’Édouard Philippe semble intacte, voire sourde à la mobilisation qui dure depuis plus de 40 jours : « que ce soit sur la suppression des régimes spéciaux, sur l’universalité du système de retraite, sur les nouveaux droits sociaux et sur l’équilibre financier du système, je suis déterminé et nous irons au bout de cette réforme. »

« 34 euros par mois, c’est vraiment de l’enfumage »

Répartition des tâches, de son côté le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer,  a commencé lundi des négociations avec les organisations syndicales d’enseignants. Dès janvier 2021, l’intention affichée serait de consacrer 500 millions d’euros à des hausses de salaires. Pour Hervé Martin élu d’opposition à Montpellier : « c’est de l’enfumage … ça paraît énorme, mais en réalité, ça concerne 870 000 fonctionnaires, c’est-à-dire qu’en net, par mois, par fonctionnaire, ça représente 34 euros […] ça rattrapera à peine l’inflation. Sachant qu’un enseignant perdra, selon leur nouveau modèle de retraite proposé entre 700 et 800 euros par mois. Nous faire croire que ça pourrait être compensé par une augmentation de salaire de 34 euros par mois, c’est vraiment de l’enfumage… »

ITW Hervé Martin élu d’opposition PCF à Montpellier :

Notre intersyndicale, notre unité auront raison de vos mensonges et de vos manipulations.

Prise de parole devant les jardins du Peyrou, le secrétaire départemental de la CGT était très remonté, contre les divers éditorialistes radio et TV qui commencent à stigmatiser les femmes et hommes qui se mobilisent contre cette réforme, comme « jusqu’au-boutistes, radicalisés et irréductibles.» Serge Ragazzacci l’affirme clairement : « votre projet nous le dénonçons avec force dans notre slogan, les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère […] Notre mobilisation ne faiblit pas, de nouvelles actions sont programmées, notre intersyndicale, notre unité auront raison de vos mensonges et de vos manipulations. »

Jeudi 16 janvier 10h30 nouvelle manifestation à Montpellier avec un départ place Zeus, et à 18h00 à Montpellier salle Tailhades : un débat sera organisé par l’intersyndicale. Il sera animé par Annie Menras, ancienne rédactrice en chef de la Marseillaise.