Pour une société plus juste, non au projet de réforme des retraites. 

Depuis des années les attaques contre les personnels de l’éducation nationale et de l’ESR sont nombreuses : remise en cause de nos compétences professionnelles, dégradation de nos conditions de travail, injonctions hiérarchiques, stagnation des salaires…

La réforme Macron / Delevoye entraînerait une baisse des retraites de l’ensemble des salarié.es allant jusqu’à 40 % ! Elle permettrait au gouvernement de baisser chaque année le montant des retraites en diminuant la valeur du point. Nous rejetons ce projet de société qui met fin au salaire continué et socialisé qui fonde le système des retraites actuelles. La réussite exceptionnelle des journées de mobilisation depuis le 5 décembre nous conduit à poursuivre la lutte par la grève et les manifestations.

Nous, personnels de l’éducation nationale et du supérieur, dont de nombreuses délégations d’écoles et d’établissements, avons décidé :

  • de continuer la mobilisation jusqu’au retrait pur et simple du projet de réforme Macron-Delevoye et ce, surtout après les dernières annonces ministérielles ;
  • de reconduire la grève selon les modalités d’application décidées par les personnels sur leur lieu de travail ; 
  • de se mobiliser chaque jour jusqu’au 17 décembre, par des AG de secteur, d’établissement, en rejoignant les autres professions dans des actions communes. → renforcer la manifestation des Gilets Jaunes ce samedi, derrière une banderole éducation → distribution du tract national samedi matin sur différents marchés (arceaux, Paillade, …) → boycott du CDEN et rassemblement devant la préfecture lundi après-midi (15h30) → rédaction et diffusion d’un tract sur la pénibilité du travail → tractage de la motion adoptée ce jour à la FDE vendredi 10h
  • de participer massivement à la journée de mobilisation interprofessionnelle du mardi 17/12 : → AG mardi 17 décembre à 15h à la faculté de sciences pour décider ensemble des actions et de la suite de la mobilisation ; → Manifestation mardi 17 décembre à Montpellier à 10h, place Zeus.
  • de massifier le mouvement de grève en faisant circuler cette motion à nos collègues et à d’autres écoles, établissements et autres professions.
  • d’organiser dès à présent un atelier de réflexion sur un système de retraites véritablement équitable, juste et solidaire, en invitant des chercheur-euses compétent-es dans ce domaine à rebours des objectifs de gestion technocratique.

Comité de grève de l’éducation de Montpellier et alentours