J’ai pris l’initiative il y a deux ans de créer un laboratoire d’idées avec l’objectif de bâtir un projet d’avenir pour le territoire nîmois.

Depuis, ManiaNîmes a rencontré l’ensemble des acteurs locaux et de très nombreux Nîmois. Nous avons acquis une vision très précise des atouts de Nîmes, de ses faiblesses, des menaces auxquelles nous devrons faire face, mais aussi et surtout des formidables opportunités qui pourraient être saisies. À l’issue de ces vingt-quatre mois de travaux, le projet est enfin prêt, et après consultation des membres du Think Tank, j’ai décidé de le porter.

Je suis donc officiellement candidat à l’élection municipale de Mars prochain.

Pourquoi candidat?

Nîmes est face à un défi : mieux traiter l’urgence du quotidien et développer enfin une vision d’avenir pour demeurer une ville à taille humaine, mais durablement redynamisée et agréable à vivre. Pour le relever, ManiaNîmes a identifié trois priorités. Je suis donc le candidat du développement économique, du comportement civique et des enjeux climatiques.

  • L’urgence économique

Faire revivre Nîmes était l’ambition de ces vingt dernières années. Le temps est désormais venu de faire revivre les Nîmoises et les Nîmois. Car l’économie du territoire a été trop longtemps délaissée. Une vision économique pour les vingt prochaines années s’impose. J’entends porter cette vision. Une nouvelle séquence d’expansion est absolument réalisable. Mais cette bataille de l’emploi exige des responsables politiques nîmois des choix courageux et un engagement total.

  • L’urgence civique

Des zones d’insécurité fleurissent ici ou là et de trop nombreuses incivilités infusent notre quotidien aux 4 coins de la ville. J’entends y mettre un terme. Chaque incivilité doit être sanctionnée. La règle sera la même pour tous, partout, tout le temps. Nous devons envoyer au monde l’image d’une ville tenue.

  • L’urgence climatique

Notre économie locale est directement liée au climat. L’incidence majeure du réchauffement ces prochaines années est bien trop négligée. Il nous appartient d’imaginer sans délai une nouvelle organisation de la ville, d’adapter notre tourisme, notre agriculture et notre viticulture. Mais nous devons dans le même temps saisir les formidables opportunités induites par le dérèglement climatique pour développer notre économie.

« Fiers de ce que nous allons faire »

L’union est un bien très précieux. Aucuns nîmois n’est responsable du divorce entre le Maire de Nîmes et le Président de Nîmes Métropole. Un divorce qui interdit les économies pourtant indispensables de la  mutualisation des services. Mais en tout état de cause, les enfants du territoire ne sauraient assumer l’héritage de ce conflit. J’invite donc les acteurs politiques nîmois qui partagent mon approche, et plus généralement, tous les Nîmois, d’origine ou d’adoption, hommes et femmes, jeunes et plus âgés, à nous rejoindre pour faire gagner Nîmes et mieux encore, les Nîmois.