Carola Rackete risque dix ans de prison pour avoir sauvé des migrants

Carola Rackete capitaine du navire humanitaire de l’ONG allemande Sea-Watch a été arrêtée par les autorités italiennes à Lampedusa, pour aide à l’immigration clandestine, pour résistance et violence envers un navire de guerre. Elle risque jusqu’à 10 ans de prison selon les médias italiens.

Le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini chef de la Ligue (extrême droite) a affiché sa satisfaction d’un : « mission accomplie, » et la police locale a été applaudie. Quant à Carola Rackete, elle a été huée.

L’obligation de sauvetage en mer

« Le zèle inutile de Salvini qui ne montre aucune pitié pour les plus faibles » avait exprimé Graziano Delrio, President du Groupe parlementaire du Parti Démocrate italien. « Dans un état de besoin, vous pouvez violer les lois… » a aussi déclaré cet ancien ministre italien des Transports, pour ainsi respecter l’obligation de sauvetage en mer. L’homme politique italien était monté à bord du Sea-Watch pour constater et dénoncer : « une cruauté inutile doit cesser. »

Annonce - Pub - Advertisement

42 vies sauvées

Le président de l’ONG allemande, Johannes Bayer a soutenu Carola Rackete : « nous sommes fiers de notre capitaine […] elle a exactement fait ce qu’il fallait, elle a insisté sur le droit de la mer et a mis les gens en sécurité. »

Déclaration de Carola Rackete avant d’entrer dans le port avec le Sea Watch 3 :

Sea Watch était bloqué dans les eaux internationales depuis plus de deux semaines. Il avait récupéré 53 migrants au large des côtes libyennes. Déjà 11 migrants avaient été remis aux autorités italiennes pour des raisons médicales urgentes. 42 migrants étaient encore présents à bord du navire humanitaire lorsque la jeune capitaine allemande a forcé le blocus et s’est amarrée dans le port de Lampedusa.

Annonce - Pub - Advertisement