De plus en plus, la législation européenne est transposée dans les Etats membres, ce qui implique une influence directe sur nos lois nationales. On peut s’en réjouir ou le déplorer, c’est néanmoins une réalité. Alors, autant avoir son mot à dire et voter le 26 mai !   

La législation européenne influence notre vie quotidienne en termes de protection de l’environnement ou de sécurité du consommateur mais aussi de marché intérieur et de transports. Les propositions de la Commissions européenne, les célèbres directives et règlements, sont adoptées (ou pas) conjointement par le Conseil (les États) et le Parlement européen. Le Parlement européen a le dernier mot.

Au fil des traités, les parlementaires européens ont acquis des pouvoirs législatifs, budgétaires et de contrôle importants. Pendant cinq ans, ils votent sur des sujets ayant un impact sur la vie quotidienne de 500 millions de citoyens. Ces dernières années, ils ont approuvé notamment le règlement sur la protection des données personnelles et l‘interdiction de produits plastiques à usage unique. Mais aussi la libéralisation du transport ferroviaire et les accords commerciaux comme le CETA. Par ailleurs, le Parlement européen est à l’origine de la suppression des frais d’itinérance afin de faciliter la mobilité, ainsi que de la suppression de la pêche électrique.

Le Parlement européen contrôle la Commission européenne. Chaque commissaire nommé par les Etats membres doit être approuvé par les députés européens. Il n’est pas rare que certains soient retoqués, obligeant leurs capitales à proposer un autre candidat.  Ce fut le cas pour l’Italien Rocco Buttiglione en 2004 auquel le Parlement européen a refusé l’investiture en raison de ses propos sur l’homosexualité et la place des femmes dans la société. Les réponses jugées insuffisantes de la Lettone Ingrida Udre sur le financement illégal de son parti, ont également déplu aux eurodéputés. Le Parlement européen dispose aussi du pouvoir de censurer la Commission en cours de mandat et de provoquer sa démission. Ce qui faillit advenir en 1999.

Les citoyens doivent s’approprier la démocratie européenne. Voter est un choix partisan. En mai prochain, 300 millions d’électeurs sont appelés à influencer l’orientation et le contenu des politiques européennes. Les 705 députés élus, émanations directs de la démocratie continentale, décideront en notre nom, du futur de l’Europe. Aidons-les à le faire. Votons.

Xavier de Raulin
Président du Mouvement européen Hérault