L’enquête effectuée par le quotidien Libération (édition du vendredi 18 janvier) dénombre une centaine de blessés graves, frappés par de nouvelles armes utilisées par les forces de police, dites « sublétales », grenades explosives au souffle puissant (GLI-F4) et ou les  « lanceurs de balles de défense » (LBD 40) que la France est le seul pays européen à autoriser.

Cet arsenal est utilisé de façon large et disproportionnée pour réprimer le mouvement social  des « Gilets jaunes » qui conservent   le soutien d’une large majorité de Français.

A Nîmes, tous les rassemblements à l’appel des « Gilets jaunes » se sont déroulés dans le plus grand calme jusqu’au samedi 12 janvier, où  le mouvement qui réunissait quelques 3500 personnes a subi notamment autour de la rue Cité Foulc et du parvis des arènes de très violentes interventions policières, sur des manifestants très largement pacifiques. On a déploré plusieurs blessés nécessitant l’intervention des pompiers du Gard et d’infirmiers bénévoles. Cette politique affichée de répression a été constatée partout en France

Bel exemple du « dialogue et concertation », reprise en chœur par les médias ! Le 13 janvier, le chef de l’exécutif a envoyé sa « Lettre aux Français ». Beaucoup d’interrogations mais aucune proposition. Le 16 janvier, il mobilise les chaines de télévision pendant 7 heures pour une rencontre avec les maires de Normandie!  7 heures ! Une première dans l’histoire de la Vème République pour n’apporter aucune réponse si ce n’est des « bricoles » sans mesure aucune avec les demandes des citoyen-ne-s. Le 18 janvier, le même président a occupé 6 heures et quarante minutes les ondes nationales. Pour n’apporter aucune réponse concrète. Si l’histoire se refaisait,  Staline et d’autres, n’auraient pas réussi un tel succès médiatique. 14 heures « d’interview live » en moins d’une semaine ! En direct. Visible par les 67 millions de Français !

Interrogé par des élus de la Normandie et d’Occitanie, Emmanuel Macron n’a apporté aucune réponse, si ce n’est de très vagues allusions à de très éventuels aménagement à la limitation de vitesse limitée à 80 km/h (dossier très mineur) ou quelques modifications très peu probables à la suppression de l’Impôt sur les grandes fortunes (ISF). 15 heures pour ne rien dire, ni rien proposer. Même absence de réponses aux élus de « l’Occitanie », vendredi 18 janvier. Bravo l’artiste !

Les Français ressentent pourtant tous les jours une forte usure de leur niveau de vie, sensible dans les classes populaires comme dans les classes moyennes. Les citoyens constatent  de plus en plus  la dégradation par les pratiques de l’exécutif, des principes démocratiques qui fondent notre République.

La Vème République, née dans le contexte particulier de la Guerre d’Algérie, semble en bout de course. Une réforme constitutionnelle s’impose. Vive la VIème !

La France Insoumise de Nîmes