Assitants d'éducation devant l'académie de Montpellier
Montpellier, assistants d'éducation à bout de souffle qui réclament plus de reconnaissance © Charles Dos Santos
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Lassés d’être considérés comme des « moins que rien, voire des fantômes » pour reprendre les mots d’un des jeunes syndicalistes présents ce mercredi 16 décembre, devant l’imposant Rectorat de Montpellier, les Assistants d’éducation réclament de la reconnaissance et globalement aussi, de meilleures conditions de travail. Ils seront à nouveau en grève dès les prochaines semaines !

« On réclame des choses très simples. On veut juste être reconnus, nous ne sommes pas là pour faire beau et on ne sert pas à rien. Oui, nous sommes très utiles. On est utiles au quotidien, et on veut être reconnus pour ça clairement, et pas qu’au niveau des salaires« .

Ce cri du coeur, c’est Benoît qui le lâche. Il est venu avec une quarantaine d’accompagnants scolaires qu’ils soient Accompagnants pour Élèves en Situation de Handicap (AESH), Assistants Pédagogiques (AP) et aussi Assistants d’Éducation de l’Hérault. Le rassemblement s’est déroulé en début d’après-midi, devant le rectorat de l’Académie pour alerter la rectrice, Sophie Béjean, de leur situation. La patronne des lieux rentrait à ce même instant d’une réunion sur un tout autre sujet, mais n’est pas allée à leur rencontre. « Elle n’a pas accepté l’audience qu’on demandait cet après-midi, au motif implacable, mais cruel, qu’on a eu une réunion récemment avec elle », lâche irritée, une des manifestantes présentes.

Interview de Quentin Belcerek, assistant pédagogique AED :

Les assistants étaient très nombreux à faire grève le 1er décembre dernier. Ils estiment aujourd’hui « ne clairement pas être écoutés par leur institution et encore moins par notre ministre, Jean Michel Blanquer« , déplore la même manifestante.

Qui dit manifestation, dit réclamations, voire demandes d’évolution. Celles de ces personnels de l’Éducation Nationale sont claires. Ils veulent être reconnus, et plus rapidement titularisés. Estimant être suffisamment présents au sein des établissements scolaires aux quatre coins du département, ils demandent également la suppression du jour de carence, et surtout un plan massif d’embauche d’Assistants Pédagogiques, d’AESH et d’assistants d’éducation (AED.).

S’ils ne sont pas entendus dans les prochains jours, les prochaines semaines risquent d’être agitées au sein du rectorat, comme au sein des dizaines d’établissements dans lesquels ces personnels travaillent au quotidien sans compter leurs heures. Et pour cause, un appel à la grève dès la mi-janvier a été récemment lancé. Il risque d’être massivement suivi, tant ces personnels sont clairement en souffrance… et en manque de reconnaissance !

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Occitanie : Présentation de nouvelles mesures pour les étudiants, « Nous sommes là, vous n’êtes pas seul ! »

Alors que la crise sanitaire perturbe fortement l’année universitaire 2020/2021 et impacte directement les plus 250 000 étudiants d’Occitanie, la Région a décidé de dresser le bilan de son action...

Occitanie : Pour les régionales, EELV part plus que jamais divisé

Alors que le Sénat a donné son accord pour un report des élections régionales 2021,« au plus tard le 20 juin », et qu’on attend à partir du 9 février...

ANNONCES - PUB
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS

Soutenez Le Mouvement

Montpellier manif 3juin2020

Faire sens, bousculer les repères, et ouvrir des perspectives : tel est le contrat que Le Mouvement, média, libre et indépendant, passe avec chacun de ses lecteurs.