Le Diocèse de Montpellier aurait-il usurpé l’identité d’institutions publiques ?

Tout commence, suite à la publication d’une brochure émanant de l’Église catholique (Diocèse de Montpellier) vantant les mérites des églises, invitant à la prière et au recueillement en indiquant les horaires du culte, le tout avec le logo de 16 intercommunalités du département (Béziers Méditerranée, Montpellier Métropole, Thau, Pic Saint Loup, La Domitienne, Grand Orb, pays de l’or, Hérault méditerranée agglomération, Sud Hérault communauté de Communes, communauté de communes du Clermontais, Mont de Lacaune Montagne du Haut Languedoc, communauté de commune Avant Monts, Orb/Jaur, Pays de Lunel, Vallée de l’Hérault, Lodévois et Larzac).

Or, six d’entre elles, Mont de Lacaune, Pays de Lunel, Les Avant Monts, Grand Pic Saint Loup, Domitienne, Clermontais ont reconnus ne pas avoir été consultées pour l’utilisation de leur logo…. A quel jeu joue le Diocèse de Montpellier, il y aurait-il usurpation d’identité ?

Sur cette question, le président de l’observatoire de la laïcité est clair : « les collectivités auraient dû fournir une information uniquement d’ordre culturel (lieux touristiques, concerts) et la paroisse faire seule un document plus religieux avec les horaires des messes si elle le souhaite. »

De même pour Muriel Ressiguier, députée de l’Hérault : « Il n’est pas acceptable que s’installe ici ou là une sorte de territoire « Hors-République » qui, sous prétexte de favoriser le tourisme, représenterai une reconnaissance et une promotion d’un culte par des institutions de l’État, ni même qu’une propagande en faveur d’une religion soit soutenue par une institution publique, ou une collectivité », soutient-elle dans une question au gouvernement.

Elle demande par ailleurs, à ce que Monsieur Jacques Mézard, Ministre de la Cohésion des territoires confirme « strictement l’interdiction des subventionnements publics aux cultes par les collectivités territoriales », et veille « au respect de la loi de 1905. »

Le Groupe Victor Hugo de la Libre Pensée (Montpellier et Universités) a déclaré avoir saisi le Préfet, dans un communiqué de presse en date du 5 décembre dernier. Affaire à suivre …