Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Mobilisation contre le LIEN. Samedi 20 novembre 2021, le rendez-vous est à 11 heures à l’entrée de Saint Gély-du-Fesc sur le rond-point au niveau de l’Intermarché. Des prises de parole des organisateurs sont prévues, puis le cortège partira sur le tracé du LIEN, matérialisé par le déboisement réalisé en janvier 2020.

Cette mobilisation citoyenne avec enfants prendra la forme d’une randonnée avec pique-nique tiré du sac à travers chantier, maquis, et forêts. L’objectif est de dénoncer que « le LIEN est une liaison autoroutière, cheval de Troie de l’extension de la Métropole et de l’augmentation du trafic routier et de poids lourds, qui ne fera qu’amplifier les problèmes qu’il prétend résoudre tout en accélérant la crise climatique et sociale. »

« Kleber m’a tuer » peut-on lire… graphie incorrecte, liée à l’affaire Omar Raddad, aujourd’hui détournée pour être liée aux espèces protégées impactées par de tracé routier. Le Département a décidé de commencer les travaux du LIEN à Saint Gély-du-Fesc à quelques kilomètres au nord de Montpellier, et ce malgré les alertes des autorités environnementales, et le dossier juridique en cours devant le Conseil d’État. (Voir le Courrier de Simon Popy, Président de FNE LR)

« l’arrêt immédiat des travaux »

Inaction, indifférence, face à l’urgence climatique, la mobilisation semble cependant se renforcer. Les organisateurs de cette opposition au projet du LIEN appellent à un rassemblement sur le tracé du LIEN : ce samedi 20 novembre à 11 heures à Saint Gély-du-Fesc. Leur demande : « l’arrêt immédiat des travaux et exprimer notre colère contre ce projet routier d’un autre temps qui détruit des espaces agricoles et naturels et nous rend encore plus vulnérables aux changements climatiques et toujours plus dépendants du tout voiture. La lutte continue et s’intensifiera aussi longtemps que les travaux ne seront pas stoppés. »

Les organisateurs : SOS Oulala, ANV-Montpellier, Groupe local de Greenpeace Montpellier, Extinction Rébellion-Montpellier. Avec le soutien de : l’UCL Montpellier, les Insoumis du Pic Saint-Loup, PG34, NPA34, Ensemble 34!, Alternatiba-Montpellier, la Carmagnole, EELV-Montpellier, Nous sommes.


Courrier de Simon Popy, Président de France Nature Environnement Languedoc Rousillon

Monsieur le préfet de l’Hérault,

Dans son arrêt du 09/07/2021, n°437634, le Conseil d’État a constaté que l’avis de l’autorité environnementale sur lequel était fondé l’arrêté de DUP du LIEN du 9 mars 2015 ne répondait pas aux exigences d’indépendance fonctionnelle résultant de la directive européenne du 27 juin 2001, cette irrégularité entachant d’illégalité l’arrêté.

En conséquence de quoi le Conseil d’État a décidé de surseoir à statuer, vous donnant la possibilité de tenter une régularisation, cette possibilité étant assortie de modalités précises : (point 18) consultation de la MRAE, (point 19) absence de différence substantielle par rapport à l’avis précédent.

Il vous indiquait en complément que « si l’avis de l’autorité environnementale recueilli selon les modalités précisées au point précédent diffère substantiellement de celui qui a été porté à la connaissance du public, des consultations complémentaires devront être organisées à titre de régularisation, dans le cadre desquelles seront soumis au public, outre l’avis recueilli à titre de régularisation, tout autre élément de nature à régulariser d’éventuels vices révélés par ce nouvel avis. »

L’avis de la MRAE rendu le 28 septembre 2021 étant très différent du précédent avis, tant par sa longueur (26 pages), que par sa mise en exergue de profondes lacunes dans l’étude d’impact, il nous paraît que cet avis appelle des explications complémentaires de la part du Conseil Départemental de l’Hérault, dont la publication devra nécessairement être assortie d’une consultation du public.

À l’article 4 de son arrêt n°437634, le Conseil d’État a par ailleurs décidé : « Pendant la période mentionnée à l’article précédent, le préfet de l’Hérault fournira au Conseil d’État, au fur et à mesure de leur accomplissement, les actes entrepris en vue de la régularisation prévue à l’article précédent ». C’est pourquoi je vous remercie de me communiquer les actes que vous avez entrepris et que vous envisagez en vue de la régularisation que la haute juridiction vous a demandé de tenter.

Vous avez récemment choisi de faire évacuer la ZAD de Grabels, considérant qu’elle était incompatible avec l’État de droit, or il est bien entendu que le respect des décisions du Conseil d’État et des textes en vigueur relève du même objet. Dans l’attente d’une éventuelle régularisation, qui ne saurait être considérée comme acquise sans l’aval du Conseil d’État, je vous demande de bien vouloir suspendre les travaux du LIEN, de façon à rétablir l’ordre et la sérénité nécessaires à ladite tentative de régularisation.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations respectueuses.

Simon Popy
Président de FNE LR

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : une application pour découvrir les œuvres inspirées par l’Antiquité gréco-romaine

Le musée Fabre a décidé de lancer une application numérique en ligne « Voyage en méditerranée antique : la visite dont vous êtes le héros !«  Le jeu numérique interactif accessible...

Frontignan : Des boîtes cadeaux pour les plus démunis

Les boîtes, à déposer à l’espace Muhammad-Yunus du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h, seront remises aux bénéficiaires avant les fêtes de fin d’année....

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES