Être vigneron (© CDS)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[VIDEO] Rencontrer Damien Rigal, c’est faire la rencontre d’un homme qui dévore son métier autant que la vie de viticulteur indépendant.

Il est vigneron exploitant récoltant sur la commune de Saint-Jean-de-la-Blaquière, près de Lodève dans les hauts cantons de l’Hérault. Il est à la tête d’une dizaine d’hectares de terre sur la commune héraultaise. Mais passer une matinée avec lui, c’est faire une plongée humaine dans un métier « aussi prenant que convivial« . C’est lui qui le dit. Découverte.

D’extérieur, la boutique de son domaine ne paie pas de mine. En arrivant en automobile et en roulant un peu plus vite, on louperait presque la bâtisse où il travaille et vit tant elle est tout sauf imposante. Mais dans sa cave où il reçoit depuis plusieurs années, ses clients fidèles comme moins réguliers, les bouteilles de sa production sont bien exposées.

« J’ai travaillé un peu chez des concurrents durant 3, 4 ans environ. Puis j’ai bossé avec mon père, mais depuis 2014, je fais tout ici, je fais tout moi-même« , explique sans se vanter le vigneron languedocien.

Tout ? « Je produis, je vinifie, je commercialise. Les vendanges, on est à 6 voir 8 personnes à les faire. Cela se fait plutôt vite avec des amis et la belle famille » détaille Damien Rigal avant d’ajouter que « les vendanges ne sont pas la seule période de travail de l’année, loin de là« .

Mais justement, comment se déroule une année normale, sans Covid, pour un jeune vigneron indépendant ? Poser la question, c’est laisser Damien Rigal raconter avec concision et malice tout son travail. Laissez le commencer, et il ne s’arrête plus. « On commence dès la deuxième quinzaine du mois de novembre avec la taille de la vigne. Ça prend quelques semaines jusqu’au mois de février » entame le passionné. Quelques semaines, et pour cause, l’Héraultais a 40 000 pieds de vigne à entretenir sur un peu plus de 10 hectares. Après la taille, il faut continuer avec les apports en « engrais principalement organiques dans le but de nourrir la vigne avec de l’engrais organique. J’ai comme objectif avec ça de nourrir efficacement la vigne« . Respectueux de l’environnement, le vigneron précise qu’il met de moins en moins de produits purement chimiques ni trop dangereux pour la nature et ses terres dans leur ensemble.

La période du printemps permet la poursuite de certains traitements dans les vignes, mais surtout ouvre la saison de la coupe des vignes pour fluidifier, « pour améliorer le passage des tracteurs dans les vignes quand cela est nécessaire », explique Damien Rigal. Puis vient la sacro-sainte période des vendanges. « On commence toujours par les vignes prévues pour le vin blanc. En gros, ça se passe entre le 25 août et le 25, 30 septembre. On fait ça à plusieurs, mais ça reste en famille. On le fait tous ensemble. C’est dur, mais c’est obligatoire donc on sait tout ce qu’on a à faire« , détaille, le vigneron héraultais avant de préciser que la « période importante de la vinification se fait en même temps que celle des vendanges« .

[VIDEO] Interview Damien Rigal, vigneron-récoltant :

Mais une fois récolté, que faire de tout ce raisin ?

C’est un savant travail de sous-tirage, de fermentation et d’assemblage qui débute et qui s’étend sur plusieurs semaines. La fin du mois d’octobre lance la saison des demandes d’agréments. « Terrasses du Larzac, Coteaux du Languedoc et tout ça… Ce n’est pas juste un nom qu’on pose comme ça sur une bouteille. Cela ne s’obtient pas comme ça du jour au lendemain. Il faut remplir plein de dossiers et de paperasseS sur Internet avec Pro Douane et la Chambre d’Agriculture. On doit aussi et surtout faire la déclaration très précise de récolte au mois de novembre. C’est crucial, déterminant auprès des douanes surtout« .

Juste avant les fêtes, cet amoureux du terroir doit faire le calcul du nombre précis de bouteilles qu’il a en stock. D’ailleurs, ce n’est pas le seul calcul à faire dans son métier. « Tous les mois, le 10 au plus tard, il faut faire une DRM, une minutieuse déclaration des stocks auprès de Pro Douane à Montpellier. Ils exigent de savoir ce que je vends, ce que j’ai en stock par appellation de façon très précise, très rigoureuse ».

Les semaines qui suivent offrent un tout petit peu de répit et permettent un tout petit peu moins de travail de la terre. « Au printemps, on a quelques salons, même si en 2020, ils ont tous été annulés à cause de la Covid et du 1er confinement. Les autres ont lieu en novembre et décembre en général »

Quel avenir pour la vigne malgré la crise sanitaire et économique de la Covid ?

Justement, avec une crise sanitaire planétaire comme celle de la Covid puis la crise économique qui s’annonce, les métiers de la terre souffrent aussi, et les médias en parlent peut-être un peu moins que des d’autres secteurs économiques. Même s’il est peu disert sur les chiffres et sait que « les amis, les concurrents, les voisins veulent toujours tout savoir« , lui estime que l’année 2020 a été « un peu meilleure, mais à peine que les précédentes et que le chiffre d’affaires obtenu est plutôt bon« . Des chiffres, des précisions ? Il ne dira rien de plus.

Une année meilleure que les précédentes, malgré une crise sanitaire et deux confinements, vraiment ? Pour Damien Rigal, l’explication est assez vite trouvée. « Ils ont tout fermé. Des lieux festifs comme les bars, les brasseries, les restaurants étoilés ou non… Tout a été fermé du jour au lendemain (allusion au 1er confinement. NDLR). Là, ça continue encore avec ce couvre-feu où tout le monde rentre chez lui pour 18h pile. Alors, les gens se sont organisés. Et ils achètent un peu plus et ils boivent… mais chez eux, durant les dîners et les rares dîners de famille donc oui, on vend un peu plus de bouteilles ». La démonstration est claire. Les chiffres sont là. Pour l’exploitant, 2020 restera une année compliquée, mais pas noire au vu des résultats financiers obtenus.

Quand il entend Gabriel Attal, Porte-parole du Gouvernement affirmer sur tous les médias nationaux, « un retour à une vie plus normale (…) peut-être dès la mi-avril avec sûrement quelques semaines de gros temps d’ici l’été », l’exploitant héraultais ne s’enflamme pas plus que ça. « Moi, je sais qu’en 2021, je ne modifierai sûrement pas les prix des bouteilles que je vends », affirme le vigneron occitan.

Pour le reste, il n’en sait pas plus et ne dira pas un mot de plus. Le travail l’appelle. « Cet après-midi, je dois aller voir plusieurs personnes et demain je bosse sur mes terres, puis dans un supermarché du coin pour garder le contact avec les clients et rencontrer de nouveaux consommateurs. Le repos, ce n’est pas pour maintenant. Peut-être une semaine cet été, on verra bien, avant les vendanges ! » Définitivement, pour Damien Rigal, ses 10 hectares de vigne héraultaise passent avant beaucoup d’autres. Quand une passion vous appelle, bien malin qui peut dire comment l’arrêter !

[VIDEO] Interview Damien Rigal, vigneron-récoltant :

Le Domaine de la Parro en quelques chiffres :

  • Créé en 1987 dans la famille Rigal ;
  • Repris par Damien Rigal en 2014 ;
  • Quantité produite/an : 270 hectolitres soit 27000 litres de vin (rouge, rosé et blanc tout réuni) ;
  • Ratio de production : 25 Hectolitres/Hectare.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

[VIDEO] Santé : Le 1er « Vaccidrive » de France contre la Covid ouvre près de Montpellier

Préfet, médias nationaux, maire de la commune sur laquelle est implantée la clinique Saint-Jean Sud de France… Tout le monde s’était donné rendez-vous en ce froid matin d’avril, sur le...

Jean Castex Assemblée Nationale 16 décembre 2020, la stratégie vaccinale

Les élections départementales et régionales auront lieu les 20 et 27 juin

C’est donc confirmé. Un décret en Conseil des ministres sera pris la semaine prochaine pour fixer les dates des élections régionales et départementales « aux 20 et 27 juin au lieu...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES