[VIDEO] Montpellier, manifestation intersyndicale : « on veut créer 4 millions d’emplois »

Montpellier, première manifestation intersyndicale  pour dénoncer un Plan de relance « douteux » et prévenir de l’arrivée d’une vague de plans sociaux.

Rentrée sociale ce jeudi #17septembre, avec une manifestation intersyndicale CGT, SUD et Solidaires qui a rassemblé plus d’un millier de personnes entre la place Albert 1er et la Comédie. Un parcours limité pour s’adapter aux exigences de la crise sanitaire.

« Chaque licenciement est un drame pour le salarié, comme pour sa famille »

« Certains se demandent si c’est raisonnable en pleine crise sanitaire d’organiser une manifestation. Je leur demande s’il est normal en pleine crise sanitaire, de continuer à organiser des licenciements ? » Serge Ragazzacci, secrétaire départemental de la CGT (34) a débuté ainsi sa prise de parole en début de manifestation. Une bonne idée que de commencer cette mobilisation en recentrant le débat sur l’essentiel, et notamment sur un « plan de relance du gouvernement qui oublie et méprise les premiers de corvée.« 

« Un gouvernement de menteurs » dénoncé par cette intersyndicale, et Serge Ragazzacci redoute surtout « une banalisation du licenciement sur fond de crise sanitaire, comme si cela était devenu normal, acceptable… » Un état de crise permanent, formidable recette pour faire accepter l’inacceptable. Mais si Pierre Gattaz et son pin’s de 2014 n’ont pas réussi à créer le million d’emplois promis, aujourd’hui la proposition est bien plus ambitieuse : « on veut créer 4 millions d’emplois, en portant la réduction de travail à 32h […] nous voulons la réduction du temps de travail pour pouvoir travailler tous, et mieux, » explique Serge Ragazzacci, vidéo :

« Est-ce bien raisonnable de continuer à licencier pendant cette crise sanitaire, chaque licenciement est un drame pour le salarié comme pour sa famille » explique aussi le responsable syndical. Ils étaient nombreux ce matin à redouter cette situation : entre les grévistes de LaboSud, le personnel hospitalier, et les salariés du secteur privé du groupe Schneider, actuellement victimes d’un Plan dit de restructuration, visant à la perte de 80 emplois pour une possible délocalisation en Inde.

Interview de Serge Ragazzacci, secrétaire départemental de la CGT (34) :

Les organisations, la CGT34, FSU34, Solidaires34, souhaitent avec cette première journée d’action, « imposer le changement nécessaire. » Selon eux, la priorité doit être donnée à la préservation et à la création en nombre d’emplois stables et qualifiés, à la sortie de la précarité des jeunes travailleurs, et des étudiants, et à une réduction du temps de travail sans perte de salaire. Une mobilisation dans un contexte particulier de crise sanitaire, où les employeurs annoncent licenciements et délocalisations et où s’ajoutent des mesures régressives portées par le gouvernement. Pour Clara Gimenez, conseillère municipale de la majorité à Montpellier : « il est urgent de se mobiliser et de demander un vrai plan de relance. »

Interview de Clara Gimenez, conseillère municipale de la majorité à Montpellier :

« Les Gilets Jaunes, c’est tout le monde »

Les Gilets Jaunes étaient aussi bien présents dans le cortège avec leur habituel : « on est là, même si Macron ne veut pas, nous on est là pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur. » Richard GJ RPPA Montpellier : » les Gilets Jaunes, c’est tout le monde […] chaque fois qu’il y a un rassemblement pour lutter pour des objectifs communs, on est là forcément… » Une détermination et une volonté affichée avec ce slogan : « injustices toujours là ! Nous aussi ! »