Alors que les collègues s’attellent à mettre en place la « continuité pédagogique », avec leurs propres moyens : ordinateurs, imprimantes, scanners…. sans y avoir été formés et de manière souvent très chronophage (mails envoyés à toute heure, le weekend, le mercredi….), 

alors que les collègues ont parfois leurs propres enfants à garder, et à faire travailler,

alors que les collègues subissent des pressions émanant d’injonctions contradictoires et souvent farfelues de la hiérarchie (appels des élèves une fois par semaine, remise en main propre de documents aux parents d’élèves, alors que le confinement le plus strict est de rigueur),

alors que les collègues volontaires, pour garder les enfants de soignants, n’ont toujours pas les moyens matériels de protéger les élèves et de se protéger eux-mêmes !! (masques, solutions hydro-alcooliques),

Madame Ndiaye, porte-parole du gouvernement, par ses propos irresponsables, a fait preuve d’un mépris le plus total envers notre profession, et en première ligne durant cette période exceptionnelle.

Le Snudi FO 34 signale à Madame Ndiaye, que le ramassage des gariguettes ne fait pas partie des missions des enseignants. Madame Ndiaye doit présenter des excuses publiques, car une légère volte-face sur twitter, ne refermera pas la plaie béante laissée par cette déclaration. 

Le Snudi FO 34 demande également que cessent toutes les pressions que subissent les personnels dans le cadre de la « continuité pédagogique » ou administrative.

Le Snudi FO 34 exige que le matériel de protection soit mis à disposition des collègues volontaires pour garder les enfants des soignants dans les plus brefs délais.

Syndicat National Unifié des Directeurs, Instituteurs
et professeurs des écoles de l’enseignement public
Force Ouvrière 34