Hérault : mobilisation contre le LIEN
Hérault : mobilisation contre le LIEN

[Communiqué de presse] de Nous Sommes Montpellier : Projet écocide du L.I.E.N : Victoire collective face aux apparatchiks du PS.

Au lendemain du 14 juillet, nul n’est besoin de rappeler l’importance des mobilisations populaires dans les changements de régime.

DUP (Déclaration d’Utilité Publique) suspendue

Cette semaine marque une nouvelle étape dans la lutte contre le projet routier du L.I.E.N. : le Conseil d’État vient de suspendre sa Déclaration d’Utilité Publique, entraînant une suspension des travaux.

Cette victoire, car oui, il faut le dire haut et fort, c’est une victoire, est une victoire collective. Aujourd’hui nombreux sont ceux qui s’en réjouissent. Si elles pouvaient nous parler, à l’image des mésanges du Petit traité d’écologie sauvage d’Alessandro Pignocchi, les 115 espèces menacées par la construction du LIEN seraient les premières à s’en réjouir.

Mais ce n’est pas une victoire uniquement pour la libellule bleue ou la loutre d’Europe. Collectifs de riverains auto-organisés, associations et collectifs écologistes, militants de terrain et élus engagés, les acteurs de cette lutte pour empêcher la destruction des écosystèmes, les pollutions dues au trafic induit, la bétonisation du Nord de Montpellier qu’induirait l’achèvement du LIEN sont nombreux et variés.

Lors des dernières élections départementales, les listes Décidons l’Hérault, soutenues par Nous Sommes et EELV, étaient parmi les rares listes dans le département à se positionner de manière claire et sans ambiguïté pour l’arrêt des projets routiers inutiles, écocides et climaticides.

Face à eux semblait se dresser la muraille des défenseurs de l’Ancien Monde, de l’ancien régime, ces élus qui en 2021 continuent de faire tourner les bétonnières à plein régime, ignorant le climat qui se dérègle, la biodiversité qui s’effondre et le vent qui se lève.

M. Mesquida au premier plan, lui qui ose encore prétendre que la construction de cette nouvelle route réduira la pollution.

M. Delafosse également, lui qui a conclu un accord de non-financement du Contournement Ouest de Montpellier avec ses alliés d’EELV Montpellier… et qui s’apprête donc à faire financer ce trait de bitume par Vinci Autoroute.

Aujourd’hui cette décision du Conseil d’État est un coin dans la porte, un nouvel espoir pour celles et ceux qui savent que nous n’avons plus le droit de fermer les yeux face à l’effondrement de la biodiversité et à la crise climatique. Nous Sommes nombreuses et nombreux à être fermement déterminés à ne pas laisser cette porte se refermer !

Partager l'article :