© RCSA. Les Alsaciens et les Gardois se quittent dos à dos. Un match nul qui n'arrange personne.
Les Alsaciens et les Gardois se quittent dos à dos. Un match nul qui n'arrange personne. (© RCSA)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Tout était réuni ce dimanche 18 avril pour voir un vrai beau match entre un Nîmes Olympique qui stagne dans les profondeurs du classement de Ligue 1 et des joueurs de RC Strasbourg qui se devaient de laver l’affront de la lourde défaite (4-1) reçue face au Paris St Germain, il y a une semaine. Et pourtant, rien ne s’est passé comme prévu.

Même le climat était agréable pour ce choc de bas de classement entre les Gardois et les Strasbourgeois.  Pourtant, les Alsaciens n’ont absolument rien produit en termes de jeu en première période. Pire, gênés par un solide bloc défensif des crocodiles nîmois, les coéquipiers d’un Ludovic Ajorque transparent sur le front de l’attaque alsacienne se sont montrés incapables d’aligner 3 passes d’affilée lors d’un premier acte par moment, franchement ennuyeux.

Une première mi-temps à vite oublier

Probablement vertement tancés par leur coach à la pause, les visiteurs du jour sont revenus sur le pré en deuxième mi-temps, bien décidés à retourner la situation, mais surtout déterminés à enfin se montrer dangereux offensivement. Mais, dès la 48e minute de jeu, les Alsaciens se retrouvaient en infériorité numérique.

Auteur d’un violent tacle sur le milieu de terrain nîmois Lucas Deaux, Frédéric Guilbert écopait d’un carton rouge direct et laissait ses coéquipiers à 10 contre 11 joueurs nîmois pour le reste du match. Furieux de la faute commise par son propre défenseur, l’entraîneur Thierry Laurey reprochait vertement à son joueur d’être exclu, dès sa sortie de la pelouse. À défaut de le soutenir voir d’ignorer purement et simplement sa sortie du terrain, le manager enfonçait son joueur qui se permettait de répondre à son entraîneur. Cela donnait lieu à un échange tendu entre les deux hommes.

Quelques instants plus tard, les Alsaciens continuaient de déjouer. Sur une sérieuse attaque gardoise, le félin attaquant nîmois, Zinédine Ferhat se faisait sèchement tacler dans la surface de réparation alsacienne. Anthony Gauthier, l’arbitre de ce match, désignait immédiatement le point de pénalty. Soucieux de se rattraper de son échec il y a deux semaines contre Saint-Étienne, Renaud Ripart réussissait cette fois-ci son tir au but et permettait aux Gardois de prendre enfin l’avantage au tableau d’affichage. (1/0, 55e.)

Dès lors, logiquement réduits à 10, les Alsaciens n’avaient presque plus aucune chance de gagner en terre occitane.

Emmenés par un jeune Kelyan Guessoum solide en défense, les Gardois se montraient étonnamment de plus en plus fébriles par la suite, hésitant constamment entre d’une part l’envie de conserver l’avantage au score et donc de se montrer intraitables en défense, et d’autre part, la volonté de tuer le match en marquant un second but.

Cette équipe, en manque de confiance, et tiraillée entre ces deux possibilités, se retrouvait punie à la 81e minute lorsque l’arbitre sifflait un deuxième pénalty cette fois en faveur des Alsaciens pour une faute du capitaine Renaud Ripart. Dimitri Liénart se saisissait du ballon pour tenter ce penalty, qu’il réussissait à marquer en deux temps. (1/1, 83e.).

Alors que la victoire leur tendait les bras face à de très faibles Strasbourgeois, les Nîmois ne parviennent finalement pas à battre leurs adversaires, et restent bloqués à la 18e place du championnat. Frustrant et inquiétant quand on sait que les Gardois affronteront Lens, bonne surprise du championnat, et Lyon à la lutte pour le titre de champion de France, dans les prochaines semaines. Ces derniers sont donc condamnés à lutter jusqu’à l’ultime journée du championnat pour éviter la relégation en Ligue 2.

Réactions d’après match :

Dimitri Liénard (Défenseur, RC Strasbourg.) : « À l’entraînement, dans la semaine et encore aujourd’hui à la fin l’échauffement, on s’était dit entre nous que Nîmes ne devait surtout pas nous prendre de points, qu’importe, la manière. Alors, de ce côté-là, c’est bon, ils ne reviennent pas sur nous au classement. Par contre, clairement, on fait une première mi-temps totalement indigne de la Ligue 1. Franchement, c’était un match ennuyeux, poussif… Je ne sais pas ce que vous en avez pensé depuis les tribunes, mais sur le terrain… (il soupire.ndlr). On est totalement incapable de bien jouer contre une équipe qui joue bien regroupée en défense comme Nîmes l’a fait cette après-midi. J’ai même l’impression qu’on joue mieux à 10 contre 11, après l’exclusion de Fred Guilbert. (Sur la 1re mi-temps.) On est incapable de faire plusieurs passes. On fait trop d’erreurs techniques. Le ballon nous brûle les pieds. On ne fait pas trois passes d’affilée. On a clairement manqué aujourd’hui de justesse technique. En étant beaucoup plus sérieux, on pouvait gagner aujourd’hui contre Nîmes. (Sur la saison du club alsacien. ndlr) On devra faire beaucoup mieux la semaine prochaine à domicile contre le Fc Nantes. Maintenant, l’essentiel est de maintenir ce club en Ligue 1. Après, c’est une très longue saison sur le terrain comme en dehors. Mais, maintenant, on se doit de sauver le club et c’est tout. (Revenant de lui-même sur le match contre Nîmes.ndlr) C’est un match un peu à l’image de notre saison. On est imprécis, passifs par moments en première mi-temps. À d’autres moments, on est impatients. Et en fin de match, on est déterminés, solidaires. On joue ensemble et on ne lâche rien. Maintenant, on doit se préparer pour gagner contre Nantes. On devra faire beaucoup mieux, ça, c’est sûr. »

Pascal Plancque (Entraîneur, Nîmes) :

Thierry Laurey (Entraîneur, Strasbourg):

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Suivez en direct le Conseil Municipal du 26 juillet

La séance plénière du Conseil municipal de Montpellier a lieu ce lundi 26 juillet, à partir de 9h. 77 affaires sont à l’ordre du jour de ce premier Conseil municipal...

Juvignac : Découvrez « Local Brass Quintet », mercredi 28 juillet

Pour sa soirée événement à Juvignac, le Festival Radio France Occitanie invite à découvrir Local Brass Quintet et son répertoire entre Debussy et Gershwin. Le rendez-vous est donné dans les...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.