Stade Raoul-Barrière (© CDS)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Les Biterrois, englués à une piètre 8e place du classement, recevaient ce jeudi 15 avril, un redoutable adversaire : les voisins catalans de l’Usap Perpignan, solides 2e au classement au coup d’envoi pour un derby indécis.

Les entraîneurs perpignanais avaient fait le choix de faire tourner leur effectif, en vue d’une fin de saison costaude. Ce turn-over s’est particulièrement vu en première mi-temps. Mais, au final, largement plus offensifs et volontaires, les Catalans s’imposent en terre héraultaise sur le score de 14 à 19.

Dominer n’est pas gagner.

Le dicton est bien connu des amoureux du sport. Mais avoir la possession du ballon n’accroît pas plus les chances d’une équipe de dominer ni de gagner un match. C’est ce qu’ont appris à leurs dépens les Perpignanais pendant la quasi-totalité de la première mi-temps. Le ballon, ils l’ont beaucoup entre les mains à l’inverse des Biterrois. Ces derniers ont profité des rares erreurs catalanes pour s’engouffrer dans les derniers mètres adverses. Et à deux reprises, les Héraultais ont déposé, en force, le ballon dans l’en-but catalan (7/3 9e, puis 14/3 15e).

Pire, les Catalans ont d’entrée de jeu subi les foudres de l’arbitre Benoît Rousselet. Dès la 3e minute de jeu, le talonneur catalan Charles Géli écopait logiquement d’un carton jaune pour un plaquage trop haut aux yeux de l’homme en noir. Au moment où l’imposant joueur catalan sortait du pré, la suite de la mi-temps pour ses coéquipiers aurait pu ressembler à un long chemin de croix. Heureusement, les Catalans se ressaisissaient. Et même s’ils ont eu jusqu’à 11 points de retard au tableau d’affichage, ils n’ont jamais semblé en panique face à d’opportunistes joueurs biterrois. Loin de là.

Un retour juste avant la pause

Là où beaucoup d’équipes auraient pu lâcher le premier acte dans les têtes, les Catalans, eux, ont sorti le bleu de chauffe. Ils ont mis la main sur le ballon pour ne le perdre qu’à de très rares exceptions. Courageux, ils ont été récompensés de leurs efforts sur un essai marqué sur le côté droit par l’ailier Usapiste Jean Bernard Pujol à quelques minutes de la pause. Une fois l’essai transformé par Patricio Fernandez, les Biterrois renvoyaient les Catalans dans leur camp. Les premiers étaient rapidement poussés à la faute par des Catalans surmotivés à l’idée de recoller au score. Pénalisés, les Biterrois subissaient la puissance catalane et voyaient leurs adversaires revenir à un petit point d’eux à la pause (14/13, mi-temps.)

Dès le début de deuxième mi-temps, la logique restait la même.

Les Catalans conservaient, avec une insolente facilité, la possession du cuir, les Biterrois, eux, passaient leur temps à défendre dans leurs trente derniers mètres. Moins de dix minutes après la reprise, les Catalans étaient même à quelques mètres de marquer un essai et de prendre les devants au score face à des Biterrois acculés en défense. C’était sans compter sur la vigueur de la défense héraultaise (14/13, 53e).

À l’entrée du dernier quart d’heure, les Catalans conservaient leur mainmise sur le cuir, mais étaient incapables de le déposer dans l’en-but adverse. Les Biterrois conservaient sans produire de jeu et en se contentant de défendre dans leurs vingt-deux derniers mètres (14/13, 67e.).

Tout s’est finalement joué à la 72e minute de jeu. À cet instant précis, les Catalans ont pris l’avantage au tableau d’affichage. Sur une énième phase offensive des Catalans, les Biterrois commettaient une faute de plus, une faute de trop. L’arbitre sifflait immédiatement une pénalité. Celle-ci était convertie sans la moindre difficulté par le demi de mêlée Usapiste, Tom Ecochard (14/16, 72e.).

Dans les secondes qui suivent, l’arrière biterrois Thomas Zenon dégoupillait et prenait un carton rouge sur un plaquage très violent sur un jeune ailier perpignanais. Après avoir longuement consulté l’écran géant du stade, l’arbitre n’avait d’autre choix que d’exclure définitivement le puissant biterrois. Ce dernier laissait donc ses coéquipiers finir le match en infériorité numérique. (14/16, 75e.) Dès lors, ladite fin de match ressemblait à un champ de guerre entre des Héraultais campés sur leur ligne d’en-but et des Catalans bien décidés à ajouter un essai et mettre un point d’honneur à battre largement leurs adversaires du soir. Poussés à la faute, comme trop souvent au cours de ce match qu’ils auraient pu gagner, les Biterrois subissaient une nouvelle pénalité. Patricio Fernandez ne loupait pas l’occasion et rajoutait 3 points en faveur de son équipe. (14/19, 78e.). Dans les dernières secondes, Béziers tentait enfin une action offensive dans les derniers hectomètres catalans. Et se mettait à la faute. « C’est une vraie belle victoire collective, ce soir, des jeunes comme des autres !« , soufflait, heureux, quelques minutes après  le match Patrick Arlettaz, dans les couloirs du stade biterrois. Derrière lui, des Biterrois sortaient du stade, têtes basses, conscients d’avoir failli ce soir face à une équipe de Perpignan, officiellement qualifiée pour les 1/2 finales du Championnat de France de ProD2.

Réactions d’après-match

Pierre Caillet (Manager, Béziers) : « D’entrée, ils ont bien compris notre jeu et ils nous ont bien contré. On a failli, notamment en touche alors que là, c’est habituellement un de nos points forts. Après, ils ont eu le ballon tout le temps. Ils nous ont énormément fait courir. On n’a trouvé aucune solution. Même à la mi-temps, on a échangé ensemble. C’était dur. On n’a vraiment pas trouvé de solution. Ils nous ont mis sous pression et ils nous ont mis le doute dans la tête. Ce soir, le seul point positif reste l’état d’esprit et la solidarité dont on a fait preuve. Mais, face à une équipe comme Perpignan, ce n’est pas suffisant pour espérer l’emporter. »

Karl Château (3e ligne, Perpignan) :

Patrick Arlettaz (Manager, USAP Perpignan) :

 

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

[VIDEO] Montpellier : Fabien Roussel, « si on n’en parle pas, ça passera comme une lettre à La Poste »

[VIDEO] Ce mercredi 5 mai, le groupe communiste de la Mairie de Montpellier organisait une conférence de presse en présence de Fabien Roussel, député du Nord et secrétaire national du...

Montpellier : Lancement de « La Grande Consultation » d’ACM auprès de ses 50 000 locataires

Entouré de Michel Calvo, adjoint au Maire, délégué à la Ville fraternelle et solidaire et Président d’ACM HABITAT et de Cédric Grail, Directeur Général d’ACM HABITAT, Michaël Delafosse, Président de...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.