Laura Seguin (© JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

En milieu de semaine, François Commeinhes, Président de Sète Agglopôle Méditerranée, a signé l’arrêté et désigné le nouveau président du Conseil de développement : José Cohen-Aknine.

Figure de La République En Marche, dont il avait reçu l’investiture pour les élections municipales à Sète, sa nomination ne passe pas pour Laura Seguin, conseillère municipale et conseillère communautaire.

Dans un communiqué, celle-ci explique l’incongruité de cette nomination, José Cohen-Aknine « avait reçu l’investiture de La République en Marche pour les élections municipales à Sète. Il a aussitôt annoncé son ralliement à François Commeinhes […] suite à l’annonce de ce soutien, un certain David Cohen-Aknine prenait la direction de la société Altea, puis obtenait un marché public sur seule décision du maire, reconductible tacitement. Le hasard des calendriers… »

Une critique qui porte aussi sur la composition, le mode de désignation et le rôle du Conseil de développement :

  • Sa composition : l’objectif est qu’il soit le plus représentatif possible de la diversité de  la population, des classes d’âge, des catégories socio-professionnelles, en tenant compte de la parité, etc. Les modalités de recrutement de ses membres sont donc importantes pour s’en assurer. Inspirons-nous de ce qui marche ailleurs : à la métropole de Bordeaux, une moitié des membres est désignée par les élus de l’agglo ou sur appel à volontaires (on y trouve le profil habituel des bénévoles, plutôt âgés, plutôt diplômés, souvent déjà engagés dans d’autres organisations…) ; une autre  moitié est tirée au sort en respectant ce principe de représentativité. Le tirage au  sort a prouvé son efficacité pour inciter à la participation des personnes qu’on ne retrouve pas facilement dans ce type d’instance : les jeunes et les catégories  populaires notamment. 
  • Le choix d’un.e Président.e : qu’est-ce qui justifie qu’il/elle soit désigné.e par le Président de l’agglomération ? Rien en réalité, même pas les textes réglementaires ! Le conseil de développement du Pays Basque procède par exemple à une élection de son/sa Président.e par un vote de l’ensemble de ses membres. Cela permet d’assurer une indépendance du conseil lorsqu’il est sollicité pour participer et donner son avis sur la politique de l’agglomération. 

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Gabriel Attal en visite dans l’Hérault pour défendre la politique du gouvernement

L’Hérault est sévèrement touché par la reprise épidémique (quatrième de France), avec un taux d’incidence de 525 cas pour 100 000 habitants. Alors que la France vient de franchir le...

Cinéma en plein-air : Un mois d’août à Saint-Quentin-la-Poterie

Cet été, les Toiles du Sud et l’Office Culturel proposent quatre projections de films à découvrir en plein air. Le rendez-vous est fixé au Parc Chabrier, près de la place...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES