Illustration CGT (© AM)

Envoyer des élèves exclus d’un établissement scolaire dans un centre de loisirs géré par la police  pour au minimum 3 jours ?

Surprenant, Choquant, inacceptable ! Et pourtant le DASEN de  l’Hérault l’a fait en signant une convention avec le directeur de la sécurité publique. La CGT Education34 ne peut accepter cette double peine. Qu’un élève qui déroge au règlement  intérieur soit sanctionné par son établissement scolaire, soit.

Mais pourquoi, s’il n’a pas commis  un acte qui l’exige, le confronter à la police ? Cette méthode de résolution des problèmes des  jeunes est inquiétante et nous fait craindre de nombreuses dérives.

Nous continuons à œuvrer pour une éducation de qualité avec des personnels formés. Nous  réclamons haut et fort depuis longtemps l’attribution de moyens humains suffisants non  seulement dans le domaine éducatif mais aussi des personnels sociaux et de santé. La CGT Educ’action34 dénonce cette pratique et demande le retrait de cette convention.

Valérie Gagner
Secrétaire départementale CGT Educ’action34 

Partager l'article :

À LA UNE
Le Mouvement 2018-2021

[VIDEO] « Né pour être sincère, mort pour rester sincère… »

Le Mouvement, 2018 – 2021 « Né pour être sincère, mort pour rester sincère… »

Frontignan : découvrez les premiers évènements de la 25e édition du Festival International du Roman Noir

Les premiers évènements de la 25e édition du Festival International du Roman Noir / FIRN débuteront en janvier prochain. En 2022, le Festival International du Roman Noir / FIRN  fêtera...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS