Covid_19 (CR Illustration)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Alors que nous semblons à peine sortir de la seconde vague de la pandémie de COVID-19 (en tout cas au niveau des contaminations, puisque le chiffre des réanimations ne semblent pas freiner pour le moment), voici que plusieurs président.e.s d’université, dont celui de l’Université de Montpellier (UM), Philippe Augé, demandent à ce que les universités rouvrent dès janvier.

Nous pouvons comprendre la volonté de ne pas faire deux semaines de cours « distanciels » avant d’avoir des cours présentiels : énième approche ubuesque d’un gouvernement technocratique aux abois et dont la crise sanitaire n’a fait que dévoiler aux yeux des derniers fanatiques qu’il était temps de rompre avec cette société.

Cependant, si le gouvernement a évidemment sa part de tort (nous ne nous attarderons pas sur l’incompétent Jean-Michel Blanquer qui n’a pas plus d’avenir lycéen que de dignité), nous rappellerons aux président.e.s des universités qui poussent, sans relâche, pour nous faire retourner dans leurs clusters à retardement, que leur volonté de lutter contre le décrochage scolaire n’est qu’une nouvelle fumisterie cynique.

Devons-nous rappeler ce qu’il s’est passé il y a seulement quelques semaines lors de la rentrée de septembre ? Devons-nous rappeler le nombre de cas dans les universités (nous alertions déjà à l’époque sur cela) ?

Devons-nous rappeler que des milliers d’étudiant.e.s enchaînent études et boulots afin de survivre, chose d’autant plus difficile en cette crise sanitaire (qui deviendra économique dans les mois à venir) ?

Devons-nous rappeler votre entêtement avec la continuité pédagogique ? 

Devons-nous rappeler la grève de la faim de Mehdi pour s’inscrire en Master ? Devons-nous rappeler la mort de Doona face à la pression sociétale ?

Devons-nous rappeler que tout cela ce sont vos choix ? 

Et maintenant, quoi ? Vous comptez refaire les mêmes erreurs (signe de folie) en espérant que nous vous laisserons faire ? Vous comptez une fois encore jouer avec la vie du personnel universitaire, des étudiant.e.s et de leurs proches ?

Vu que vous sembliez, toutes et tous, dépassé.e.s par les événements, nous pouvons le comprendre, cela est difficile de votre tour d’ivoire, nous avons plusieurs idées à vous soumettre.

Tout d’abord, si vous voulez à tout prix rouvrir vos établissements, nous voulons que TOUS les cours passent en facultatif avec obligation de les transmettre en « visio » autant que de les enregistrer pour les personnes voulant les réécouter ensuite pour diverses raisons (travail, famille, pas patrie).

Dans la même veine, nous souhaitons que TOUS les cours soient disponibles sur les plateformes dédiées (type Moodle).

Et enfin, même si nous savons pertinemment qu’il n’en est pas de votre ressort directement, nous attendons avec impatience que la stratégie du « tester, alerter, protéger » soit mise en place afin de disposer d’une stratégie bien plus cohérente avec la grave crise que nous traversons.

Néanmoins, vu l’immense difficulté à penser en dehors de la sphère marchande de bon nombre d’entre vous, ne nous faisons guère d’illusion.

À défaut de prendre le chemin de vos universités, nous prendrons celui de la rue.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Occitanie : Pour les régionales, EELV part plus que jamais divisé

Alors que le Sénat a donné son accord pour un report des élections régionales 2021,« au plus tard le 20 juin », et qu’on attend à partir du 9 février...

Montpellier : « Extramuros » propose une redécouverte de l’hôpital Saint Eloi

Dans le cadre du programme Culture et Santé mené par la DRAC Occitanie, l’association LineUP, initiatrice de projets culturelle, intervient au CHU de Montpellier pour la réalisation d’une fresque sur...

ANNONCES - PUB
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS

Soutenez Le Mouvement

Montpellier manif 3juin2020

Faire sens, bousculer les repères, et ouvrir des perspectives : tel est le contrat que Le Mouvement, média, libre et indépendant, passe avec chacun de ses lecteurs.