C’était annoncé comme l’un des chocs de la 9e journée de rugby de la ProD2. Cela n’a pas déçu ! Et le vainqueur n’est pas le favori des pronostics. Béziers a réalisé l’exploit de s’imposer en terre catalane 16 à 10 !

Disputé dans des conditions inédites et franchement pas enthousiasmantes (tribunes vides à cause de la Covid19), ce match n’a vraiment pas mis beaucoup de temps à se lancer. Le mythique stade Aimé-Giral sonnait bien creux ce samedi 14 novembre, pour le derby languedocien. La rencontre avait été programmée pour le 5 novembre dernier, mais avait dû être décalée et reprogrammée pour cause de cas de coronavirus positifs au sein du club catalan.

Un match reprogrammé, mais les joueurs, eux, n’ont pas eu besoin de beaucoup de temps pour se remettre dans le rythme du championnat de ProD2. Le début du match était clairement dominé par les visiteurs, mais le buteur héraultais Adrien Latorre ratait sa pénalité depuis 50m à la 3e minute de jeu.

Dans la deuxième partie de la première mi-temps, les Héraultais commettaient une kyrielle de petites fautes. L’arbitre les rappelait plusieurs fois à l’ordre verbalement. Mais les visiteurs du soir continuaient de faire des fautes. L’arbitre donnait donc une pénalité pour les Perpignanais, transformée par Tom Ecochard pour l’USAP à la 27e minute du match.

Au terme d’une première mi-temps marquée par plusieurs petites échauffourées, signe de la forte tension entre les deux équipes, les joueurs rentraient finalement aux vestiaires sur le score de 3 à 3.

L’indiscipline catalane sanctionnée !

Au retour des vestiaires, les deux équipes continuaient de se livrer à bloc. Chaque impact était audible depuis la tribune presse. Les joueurs y allaient bon train. Seul hic, pour les Catalans, plus le temps passait, plus l’impression que la défense des Héraultais était infranchissable. Une impression qui devenait réalité au fil des minutes.

Conséquence de séquences improductives pour les Catalans, les Héraultais procédaient en contre. Tom Ecochard ratait une pénalité, pour les Catalans, dès le début de la seconde période. Les Biterrois, eux, voyaient rapidement leurs efforts récompensés.

Au terme d’une longue séquence offensive pour les avants de l’AS Béziers, pleine de ténacité, l’arbitre décidait de sanctionner les petites fautes des locaux, et accordait logiquement un essai de pénalité pour les Biterrois. (3 à 10, 62e).

Un essai qui a fait beaucoup de mal dans les têtes catalanes. Malgré l’essai encaissé, les Usapistes continuaient de faire de petites fautes. Ils continuaient d’essayer d’imposer leur jeu. Mais leurs séquences offensives se concluaient, presque à chaque fois, soit par une passe ratée, soit par un contre de la défense agressive mise en place par les Héraultais.

Mis en confiance par l’essai de pénalité accordé un peu plus tôt, les visiteurs du soir faisaient fi de l’épais brouillard qui s’invitait au débat en fin de match, et continuaient de multiplier les séquences offensives dans le camp adverse.

Malgré un essai de Perpignan qui offrait à ces derniers le point du bonus défensif, les Biterrois continuaient de mettre la pression sur leurs adversaires jusqu’à la dernière seconde. Pour une fois, cette expression ne s’avérait vraiment pas galvaudée. Les Héraultais bénéficiaient d’une pénalité dans les arrêts de jeu. Adrien Latorre, pas toujours en réussite hier soir, la réussissait, mettant le coup de grâce à des joueurs de l’USAP, dépités au coup de sifflet final.

Béziers réalisait donc l’exploit de s’imposer 16 à 10 en terre catalane, et lançait enfin réellement sa saison. Les Catalans, eux, devront vite remettre les pendules à l’heure. Ils se déplacent chez le surprenant leader, Vannes, jeudi soir prochain. À voir la mine passablement énervée de Christian Lanta, manager général et chargé de la stratégie du club catalan présent dans les tribunes, la défaite du soir face à de vaillants Héraultais, n’a pas du tout plu au dirigeant Usapiste.