« A nation united. A nation strengthened. A nation healed. The United States of America, » c’est le voeu de Joe Biden 46e président américain. Le cauchemar Trump est-il terminé ?

Washington, samedi 7 novembre. Les pancartes fleurissent « you’re fired » (vous êtes viré) avec une photo du visage crispé de Donald Trump. En fin de matinée, dans la capitale fédérale, des milliers de personnes jubilent dès l’annonce de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle.

« You’re fired ! »

Donald Trump l’animateur de l’émission de télé-réalité « The Apprentice » sur le réseau NBC, prend comme un boomerang, sa phrase fétiche au moment d’éliminer tour à tour les candidats : « you’re fired ! » Le 45e président a refusé de reconnaître la victoire de Joe Biden et a passé sa journée d’hier à frapper des balles dans son golf. Aujourd’hui l’homme s’est enfermé à la Maison-Blanche, les personnages importants du Parti Républicain prennent leur distance, seuls les membres de son clan le soutiennent, pour ce dernier combat.

En lettres capitales sur Twitter, une façon de crier par écrit : « J’ai gagné l’élection, j’ai obtenu 71 millions de votes légaux. » Stratégie ou déni, intox ou rhétorique de Donald Trump sur des « fraudes » ? Résultat : certains pro-Trump cherchent à s’organiser sur les groupes, pages Facebook et discussions Twitter, avec des envies d’affrontements.

Discours de victoire, « je serai le président de tous les Américains »

Joe Biden a fait son discours de victoire à Wilmington, dans l’État du Delaware, où  il réside, « le peuple de cette nation a parlé. Il nous a donné une victoire claire, une victoire convaincante. »

La Pennsylvanie acquise, c’est le feu vert. Tous les network du pays déclarent Joe Biden 46e président des États-Unis. Au quatrième jour d’un dépouillement interminable, les 20 grands électeurs de Pennsylvanie donnent la majorité requise au collège électoral, à l’ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden. Il aura 78 ans le 20 novembre prochain, et il promet de rassembler l’Amérique : « le travail qui nous attend sera difficile, mais je vous le promets, je serai le président de tous les Américains que vous ayez voté pour moi ou non. Je garderai la foi que vous avez placée en moi. »