Covid-19 : Nous Sommes propose des « mesures pour une Mairie-Métropole véritablement aux côtés de nos entreprises »

Alenka Doulain du collectif Nous Sommes en interview (CR Alenka Doulain)

Alors que la Ville de Montpellier est classée en zone d’alerte renforcée, le collectif citoyen a décidé de présenter « ses mesures » pour la Ville et la Métropole.

VOIR AUSSI : Métropole de Montpellier : Nouvelles mesures d’accompagnement, face au Covid-19

Alors que la pandémie marque durablement les modes de vie et de consommation des citoyens, le collectif citoyen propose « dans un souci d’égalité » que les masques doivent être disponibles et gratuits pour l’ensemble de la population. « L’obligation d’en porter va durer, il est indécent qu’ils fassent l’objet de spéculation financière, il est aberrant de ne pas être mieux protégé », explique-t-il dans un communiqué.

Vilipendant les « mesures prises avec brutalité par l’état puis par le préfet », les militants ont décidé de proposer leur propre programme de « relance » pour la Ville et la Métropole.

Après avoir rencontré des professionnels des secteurs touchés, ainsi que le syndicat représentatif de l’hôtellerie-restauration, la conseillère municipale et métropolitaine, Alenka Doulain, propose les mesures préconisées par son mouvement, autour de « trois piliers : concertation, adaptations et soutien ».

Ainsi au titre de la « concertation », le collectif propose « d’urgence l’organisation d’une réunion entre la Préfecture, la Mairie, les professionnels impactés par ces mesures et les autorités sanitaires locales pour travailler ensemble à l’élaboration de protocoles sanitaires raisonnables ».

Dans le cadre des « adaptations », les militants veulent la mise en place d’un dispositif d’aides aux loyers métropolitain, simplifié, aux délais d’obtention raccourcis et au « montant proportionnel aux loyers, ce qui n’est pas le cas actuellement ».

Concernant le « soutien », ceux-ci préconisent la « communication en soutien », et de « prolonger l’extension gratuite des terrasses pour les cafés, bars et restaurants jusqu’en juin 2021. Les aides aux loyers doivent également être augmentées pour les filières touchées par ces mesures de restrictions. »

« La ville où le soleil ne se couche jamais devrait pouvoir miser sur ses terrasses ! » – Alenka Doulain  

L’ancienne candidate aux élections municipales propose, « comme à Paris – la mise en place d’un système déclaratif d’installation de nouvelles terrasses reposant sur la liberté d’installation en contrepartie du strict respect d’engagements en matière de sécurité, de propreté, de mobilité des piétons, de limitation des nuisances sonores et de respect des horaires d’ouverture et des directives sanitaires ». Mais aussi, le prolongement de l’exonération des paiements des droits d’occupation de l’espace public pour la fin de l’année 2021 et l’accompagnement « dans le développement de la vente à emporter avec le soutien d’entreprises de livraison locales ».

Pour les salles de sports, le collectif citoyen tire la sonnette d’alarme, « la période de la rentrée scolaire est l’équivalent de la saison estivale pour les restaurateurs. Le secteur constitue sa trésorerie de l’année en octobre et novembre. La situation est donc extrêmement préoccupante, en particulier pour les entreprises indépendantes et les associations. » Nous Sommes propose la mise en place de permis d’occupation de l’espace public simplifiés pour des cours collectifs en extérieur organisé par les salles de sports et l’autorisation des pratiques douces (yoga, pilâtes, etc…).

Enfin les militants demandent que le « chèque coup de pouce sport pour les associations doit être plus connu des montpelliérains qui ne sont pas au courant de son existence et doit être étendu aux adultes. Les clubs de sport souffrent il faut les aider. »