Conseil municipal : Michel Arrouy droit dans ses bottes de Maire de Frontignan la Peyrade

Michel Arrouy droit dans ses bottes de Maire de Frontignan la Peyrade (CR A. Sanfilippo)

On s’attendait à une séance du conseil longue et monotone, en raison des affaires en cours. Et notamment avec l’approbation du budget principal, comme celui du port de plaisance, dans le cadre du budget établi par l’équipe municipale précédente : il n’en a rien été.

VOIR AUSSI : Michaël Delafosse, un ultra-traileur de l’action politique ?

De coutume, le conseil municipal présente une litanie de chiffres ou bien (trop) souvent le public décroche. Mais pour ce conseil le ton est donné, le temps est aux changements.

C’est d’abord Mme Sala, adjointe aux finances qui change les habitudes, avec un budget dynamique et pédagogique, appuyé de projection sur grand écran, ou les chiffres annoncés en deviennent presque accessoires, une présentation presque digne d’HEC, c’est dire.

Même, le chef de l’opposition a reconnu là une nouvelle méthode de présentation et s’est fendu de félicitations pour l’adjointe aux finances, tout en tirant la sonnette d’alarme, en soulignant une augmentation de l’ordre de 34% des impôts de 2014 à 2019.

« On a 6 ans pour changer les choses »

« On a 6 ans pour changer les choses, » précise Michel Arrouy et de rajouter, « et ne vous en déplaise on aura bien le cinéma et la piscine à Frontignan, le Président de l’Agglo devrait l’annoncer instamment »

En parallèle, les taxes d’imposition restent au même taux, soit à 36,95% pour le foncier bâti et 24,25% pour les non bâtis. « J’ai promis de ne pas augmenter les impôts, et c’est le cas, mais pas de les baisser ». L’opposition vote pour, puis se rétracte pour enfin s’abstenir sur l’application de ces taux. « Les Frontignanais apprécieront, s’abstenir sur une non-augmentation des taux d’imposition », commentera le président de séance.

La présentation du budget annexe du port, présenté par Jean Louis Molto, adjoint aux espaces portuaires, dans la lignée de son prédécesseur M. Gérard Arnal, n’amène quant à lui, aucune réaction particulière.

Une enveloppe budgétaire de 25 000€ est affectée pour étude de la réfection de la salle de l’Aire.

La nouvelle municipalité a aussi voté la création de commissions municipales, avec quatre grands axes :

  • Éducation/Affaires sociales/Politique de la Ville /Culture /Festivités et Sports
  • Urbanisme-Aménagement/Transition écologique/Cadre de vie/Économie et Commerce/Tourisme Plaisance
  • Finances/Ressources humaines/Administration générale
  • Démocratie participative et Proximité

Pour Michel Arrouy, ces nouvelles commissions seront transverses et non cloisonnées. Autre son de cloche pour l’opposition qui se plaint de ne pas avoir assez de représentants à ces commissions. Le Maire leur offrant alors l’opportunité de siéger à certaines de ces commissions, sans pour autant avoir de décision.

Il est proposé au conseil de prolonger un CDD de 3 mois, arrivant à échéance le 30 septembre 2020, pour le poste de directeur général des services, dans l’attente de procéder à un nouveau recrutement suspendu pour la crise du Covd19

Le temps des questions diverses

Gilles Ardinat, conseiller de l’opposition se pose question sur l’extension des compétences de la police municipale et quelles sont les mesures et les moyens que la municipalité compte mettre en place concrètement pour garantir la sécurité des Frontignanais.

« Vous utilisez beaucoup les réseaux sociaux, la sécurité est une de mes priorités et à votre différence moi j’agis, et concernant l’extension des compétences de la police municipale je ne suis ni favorable, ni opposé, mais à ce jour il ne s’agit que d’un effet d’annonce, rien n’est écrit ou acté et concernant la police nationale cela n’est pas de mon ressort, pour moi l’État doit assumer ses responsabilités. » rétorque en substance Michel Arrouy.