Journée de contraste ce 13 juin 2020. Des milliers de manifestants se sont rassemblés dans la rue, dans toutes les grandes villes de France, pour protester contre le racisme et les violences policières. Et le soir, autour de l’Arc de Triomphe les policiers manifestaient à leur tour, et jetaient leurs menottes.

Montpellier, environ 2000 personnes ont marché contre les violences policières et le racisme. Une marche qui s’est déroulée dans le calme. Alors que les manifestations touchaient à leur fin, le Conseil d’État a rendu une décision rétablissant le droit de manifester, dans le respect des gestes barrières.

Distorsion, comme pour mettre fin au « déséquilibre Castaner, » mais surtout pour répondre aux associations et syndicats à l’origine du recours, CGT et Ligue des droits de l’homme ont salué « une très grande victoire pour la démocratie. »

Pas de sanctions

Le 9 juin dernier, le ministre de l’Intérieur affirmait : « les manifestations pour George Floyd ne sont pas autorisées dans les faits, mais il n’y aura pas de sanctions.« 

Paradoxe de l’émotion, un ministre qui vacille, n’est pas philosophe qui veut. Castaner l’homme qui parle trop ? Peut-être, exemple : « les manifestations ne sont pas (autorisées) dans les faits, car il y a un décret du Premier ministre dans le cadre de la deuxième phase du déconfinement qui interdit les rassemblements de plus de dix personnes. Mais je crois que l’émotion mondiale, qui est une émotion saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent. »

Combat, immobilisation. N’est pas technicien qui veut, non plus. Vendredi 12 juin, Christophe Castaner avait confirmé la suppression de la technique d’interpellation dite d’étranglement. Les syndicats de police souhaitent toujours que Christophe Castaner revienne sur cette annonce.

Ce samedi 13 juin, dès 23h30, plusieurs dizaines de policiers, gyrophares en action se sont rendus autour l’Arc de Triomphe à Paris. La raison de cette mobilisation en dehors de tout cadre syndical était de protester à la fois contre le climat jugé hostile aux forces de l’ordre, contre le gouvernement, et notamment leur ministre Christophe Castaner.