Poissy. Un élève demande : « c’est qui ? » Geste rapide, mais maladroit, l’homme a envie d’être reconnu. Jour 50, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

Jour 50 de confinement [05-05-2020]

C’est l’image du jour, Emmanuel Macron masque noir (ou couleur accordée avec le costume) intervenant dans une école, il ne manquait que le chapeau et la cape. Émouvant, touchant, mignon ou risible ? Efficace pressage de cerveaux scotchés devant leur écran de télévision ou autres ? Qui sait ? Souvent la peur fige toute forme de réflexion.

Emmanuel Macron est-il le collégien de l’Élysée ? Comme Georges Clemenceau, autre époque avait su être le poilu de l’Élysée. Est-il rassurant ce président, dans cette école de Poissy ? Plutôt étonnant, voire surréaliste. Surtout quand un élève demande : « c’est qui ? » Geste rapide, mais maladroit, l’homme a envie d’être reconnu. Il tire rapidement sur son masque de tissu par devant, pour afficher son sourire. Mais c’est par les attaches qu’il faut le retirer. La face du masque peut être porteuse de virus. Alors question pédagogie, Emmanuel Macron est recalé sur ce geste simple. Normal, peut-être quand on a fait affirmer un temps par son état-major, que le masque était inutile.

VOIR AUSSI, Mémo : Jour 01 COVID-19 « il n’y a pas de raisons de porter un masque au quotidien, encore moins dans la rue »

Transport, masque obligatoire

À noter : lundi 11 mai, dans les transports en commun, sans masque il y aura des contraventions pour les usagers. La possibilité de fixer le prix de l’amende à 135 euros est évoquée par Christophe Castaner, mais rien « n’est encore arrêté, c’est l’une des possibilités, » précise-t-il.

À Paris, les masques gratuits promis par Anne Hidalgo doivent bientôt arriver. À partir du 11 mai, Ces premiers masques en tissu vont pouvoir être retirés en pharmacie, et cela gratuitement, après réservation sur Internet.

25.531 morts du Covid-19 en France

Oui, le nombre de patients en réanimation continue de baisser, mais il y a au moins 25.531 morts du Covid-19 en France, à ce jour.

Montpellier, ouverture progressive des écoles : au cas par cas

« On n’ouvre pas 126 écoles d’un coup de baguette magique,«  explique le maire de Montpellier toujours très prudent, et dans un principe de précaution, depuis le début de cette pandémie. Réaliste : « je vais ouvrir les écoles, pour lesquelles je serai capable d’assurer les protocoles sanitaires, » affirme Philippe Saurel sur BFM.

Une position que le maire et président de la métropole de Montpellier nous avait déjà confiée le 18 avril dernier : « c’est déraisonnable de rouvrir les écoles le 11 mai. »

VOIR AUSSI, [Interview] Mobilités actives, et santé : Philippe Saurel veut « améliorer la qualité de vie »

Philippe Saurel aurait souhaité repousser la rentrée en septembre. Son analyse est claire sur cette date du 11 mai, c’est parce que début juin c’est la fin du chômage partiel. Pour le maire de Montpellier, il y aurait des impératifs économiques qui motivent avant tout la décision du gouvernement. Lui reste, centré sur la sécurité sanitaire concernant ce retour à l’école.