[Communiqué de presse] 2000 dans les rues de Montpellier pour l’abandon de la LPPR : une première mobilisation réussie !

Les organisations syndicales FSU, CGT, Sud-Solidaires et FO se félicitent de la mobilisation des personnels des Universités et de la recherche, dans le cadre de l’appel de la coordination nationale et des syndicats « à partir du 5 mars, l’université et la recherche s’arrêtent ».

En effet, près de 2000 personnes ont manifesté dans les rues de Montpellier l’après-midi pour exprimer leur rejet de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), de sa logique de mise en concurrence par le biais des appels à projet et des contrats hors statuts contribuant à la précarisation des emplois.

Lors de l’AG des personnels et étudiants de l’UM réunissant 250 personnes, ont été votées diverses revendications, comme le refus du CIR comme niche fiscale, le rejet de l’augmentation des frais d’inscription, l’augmentation des crédits de base des labos et des postes statutaires pour en finir avec la précarité et la proposition que la coordination nationale appelle à une semaine de grève du 9 au 13 mars et soit reçue au ministère.

En réponse au mail de la présidence ce matin, le non-respect des positions adoptées par nos instances collégiales (CAc, CoNRS, CNU) par les présidents d’université (dont P. Augé) et d’organisme a aussi été débattu.
Pourquoi un tel décalage entre ces travaux de nos instances collégiales et la position de la CPU, de la CURIF, des rapports LPPR ? Pourquoi un tel décalage entre les travaux du CoNRS et les propos du PDG du CNRS, Antoine Petit ? Ce point est à l’ordre du jour du prochain CAc-Recherche de l’UM.

Le comité de mobilisation appelle les personnels à poursuivre la mobilisation en cours, et à la renforcer en discutant avec leurs étudiants et leurs collègues. Il appelle à se regrouper lundi à 9h et à 14h sur chaque campus (bât 36 sur Triolet) pour tourner dans les amphis. Une nouvelle AG est programmée mardi 10 mars à 13h dans l’amphi Dumontet (Heure d’information syndicale pour les personnels). A l’ordre du jour, mettre en musique une démission des responsabilités collectives, la communication sur la non-ouverture des L1 et d’autres actions concrètes.

Montpellier, le 5 mars 2020

CGT (UM , SNTRS), FSU (Snesup UM, SNCS, Snasub), Solidaires (SUD Éducation, SUD Recherche EPST, Solidaires étudiant-e-s), FO ESR