Cher Adrien, cher Jean-Luc 

Nous n’irons pas par quatre chemins. 

Nous avons le souci que convergent les mobilisations qui se multiplient depuis plus d’un an sur les terrains social, écologique et démocratique et qu’elles puissent trouver concrètement un débouché politique.

Comme Jean-Luc, nous voulons « fédérer les Français pour l’intérêt général humain et pour la protection et réparation des biens communs » et nous accueillons avec enthousiasme la proposition d’un « gouvernement commun d’état d’urgence écologique et sociale » qu’il fait aux écologistes, au travers de la personne de Yannick Jadot. « Fin du monde, fin du mois, même combat », disons-nous justement. Et les deux seules forces politiques à même de pouvoir porter ce débouché politique sont la France Insoumise et Europe Écologie Les Verts. Il est de notre responsabilité de prendre des initiatives dans ce sens et de travailler à ce type de rapprochement tant à l’échelle nationale qu’aux échelles locales.

A Montpellier, nous avons la possibilité d’expérimenter une telle gouvernance à l’échelle locale. Plusieurs éléments rendent cette perspective possible. 

D’abord, depuis un an, des convergences entre les marches pour le climat et les mobilisations des gilets jaunes ont mis en avant la possibilité d’articuler la transition écologique et la transition sociale.

Ensuite le paysage politique montpelliérain s’y prête : 

  • Du côté des écologistes, des primaires ouvertes (800 votants) ont abouti à la désignation de Clothilde Ollier, infirmière urgentiste, militante CGT, comme tête de liste de ce rassemblement citoyen soutenu par EELV.
  • Du côté de FI, une très large majorité de militant.e.s s’est prononcée pour porter une démarche de confluence pour fédérer les forces, collectives et individuelles, engagées pour la transition écologique et sociale.
  • Au vu des dernières élections (30% pour Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle, 20% pour la liste de Yannick Jadot aux Européennes), au vu du contexte local (maire sortant très affaibli, la droite divisée, le RN très bas ), il apparaît qu’une liste de large rassemblement de nos forces serait en mesure de remporter l’élection et d’accéder aux responsabilités municipales.
  • Nos premières discussions programmatiques avec le Rassemblement des Écologistes montrent une grande proximité sur le fond entre nos deux mouvements. C’est donc un programme très proche de notre socle « L’Avenir en Commun » qui serait porté par cette liste co-construite ensemble devant les montpelliérains, cela n’aurait rien à voir avec un ralliement et encore moins une compromission.

Nous sommes convaincus que la force allant à la force, l’amorce de cette co-construction aura un effet d’entraînement qui permettra aussi d’intégrer à cette dynamique d’autres démarches collectives comme « Nous Sommes ».

Aussi, tant localement que nationalement, la France Insoumise ne peut qu’être partie prenante de ce mouvement. C’est l’occasion de montrer, par l’exemple, la puissance politique que peut avoir un rapprochement, équilibré, entre EELV et la France Insoumise. Faisons le ensemble, vous et nous.

Insoumisement votre,

BOUTINOT Laurence
LACINCE Nelly 
LE TOURNEUR Marc 
CHENAUD Boris
Les délégués de la France Insoumis.e.s Montpellier pour Confluence.