Montpellier : Les écologistes veulent redynamiser le centre-ville

Clothilde Ollier recevait hier à Montpellier Sandra Regol (Secrétaire nationale adjointe d'EELV) et Franck Gintrand (Conseiller en urbanisme commercial auprès des collectivités) pour présenter le plan des écologistes pour redynamiser le centre-ville

Alors qu’un sondage, réalisé par Harris Interactive à la demande de Patrick Vignal député (LREM) et candidat aux municipales à Montpellier, semble confirmer la dynamique d’EELV à Montpellier (entre 22 et 23%), la candidate écologiste présentait, ce mercredi, ses propositions pour le centre-ville.

VOIR AUSSI : Le Rendez-Vous avec Clothilde Ollier : « si c’est possible à Montpellier, alors c’est possible partout, et on peut changer les choses »

Pour les écologistes, le centre-ville de Montpellier est un « joyau », pourtant la prolifération des zones commerciales périphériques affaiblit le commerce indépendant, notamment en centre-ville, pour eux le problème est tranché la « prolifération de zones commerciales est une aberration écologique et économique ».

Annonce - Pub - Advertisement

Pour les écologistes deux projets posent problème, l’extension de la zone commerciale Odysseum de 72 000 m² à 89 000 m² de surface et le projet de méga zone commerciale « Ode à la mer » de 111 000 m² (1,5 fois Odysseum) (situé entre Lattes et Pérols).

Ainsi, pour la liste écologiste, le projet « Ode à la mer », son imperméabilisation à 95% de 13 hectares de terres agricoles, et son futur parking de 2 200 places constituent une « aberration écologique », qui en entraînera une « aberration économique », en provoquant une « surenchère d’opérations immobilières qui vampirise[ra] l’activité du centre-ville ».

Des propositions pour dynamiser le centre-ville

LIRE AUSSI : Montpellier : Clothilde Ollier, « nous ferons de la rue Saint-Louis le symbole de la reconquête de notre ville »

Les écologistes montpelliérains proposent, tout d’abord d’abandonner le projet « Ode à la mer » et d’établir un moratoire sur les projets de zones commerciales, puis de mettre en œuvre un plan de rénovation et d’embellissement des rues de l’Écusson, avec un budget de 30 millions d’euros sur 6 ans, la rue Saint-Guilhem, la place des Martyrs de la Résistance et les abords de la Préfecture feraient partie des premières rénovations.

Les écologistes veulent aussi faire revenir les entreprises au cœur de la ville, en agissant sur la mobilité, notamment avec la mise en place de la gratuité des transports le week-end, dès septembre 2020 (des mesures de gratuité permanente pour les plus précaires, sur critères sociaux seraient aussi prévues), et en facilitant l’accès au centre-ville par des solutions de transport non polluantes : la ligne 5 et multiplication des pistes cyclables sécurisées et notamment la création de 1 000 places de stationnement vélo sécurisées dans les parkings du centre-ville.

VOIR AUSSI : [VIDEO] Montpellier : Clothilde Ollier veut « sauver » la gare Saint-Roch

Rétablir la desserte TGV du centre-ville. Les militants EELV s’engagent dès le lendemain des élections, à demander à la SNCF de rétablir les TGV supprimés en gare Saint-Roch.

Annonce - Pub - Advertisement