La 4e « Assemblée des Assemblées » (ADA) des Gilets Jaunes se tiendra à l’Agropolis Museum à Montpellier, les 1, 2 et 3 novembre prochains.

VOIR AUSSI : Assemblée des assemblées des Gilets Jaunes : suivre le direct avant l’acte XXI de Montpellier

Avant la célébration de la première année du mouvement social, cette quatrième « ADA », réservée « aux assemblées et groupes locaux actifs dans le mouvement », n’aura pas pour « objectif principal la rédaction d’appels, mais se concentrera sur la restitution des travaux élaborés par les participants et sur les décisions des assemblées locales ».

Annonce - Pub - Advertisement

Ce week-end d’Assemblée devrait être essentiellement délibératif, selon son déroulé prévisionnel, avec un fort accent, mis sur les groupes de travail.

On retrouve, notamment, parmi ces thématiques : le rôle et la structuration de l’Assemblée des Assemblées, le travail avec les autres mouvements, l’identification « des adversaires et des alliés », l’action dans le contexte des élections municipales et l’ »anniversaire » du 17 novembre.

L’« assemblée d’accueil », qui se déroulera le 1er novembre dans l’après-midi, devrait tout même être, un peu politique, avec le rapport des votes des différents groupes représentés, sur 5 questions, parmi lesquelles on peut retrouver la question de la diversité des modes d’action, du niveau d’organisation des assemblées, du calendrier et du rôle des ADAs.

Au total, c’est près de 700 personnes qui sont attendues à Agropolis.

Faute d’avoir pu louer une salle municipale, les Gilets Jaunes se sont rabattus sur « la soucoupe », ancien Musée de l’agriculture et de la nourriture, aujourd’hui désaffecté. Un lieu qu’ils occuperont illégalement, mais qu’ils ont assuré de rendre dans un meilleur état que lorsqu’ils l’auront trouvé.

Le 17 novembre dernier, 282.000 personnes avaient, selon les autorités, répondu à un appel lancé sur Facebook, tout à la fois apolitique et asyndical. Ces citoyens affublés de chasubles jaunes, avaient alors investi, à la surprise générale, des centaines de ronds-points, pour protester contre la hausse du prix des carburants, entrainant le pays dans un mouvement social inédit.

Après Commercy, Saint-Nazaire et Montceau-les-Mines, l’ADA de Montpellier espère bien relancer la mobilisation, en perte de vitesse depuis plusieurs mois, et pourquoi pas, accompagner l’évolution d’un mouvement, devenu au fur et à mesure de l’année, une véritable lame de fond des mobilisations sociales.

Annonce - Pub - Advertisement