Pour France Nature Environnement Languedoc-Roussillon (FNE LR), les débordements, liés aux intempéries du 23 octobre, mettent en évidence la vulnérabilité de la ligne ferroviaire au sud de Béziers.

Pour faire face aux prochaines intempéries, FNE LR demande de faire de la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) une priorité.

Pour l’association écologiste, « il n’est pas acceptable que Montpellier se retrouve coupée de la capitale régionale au moindre incident (incendie, inondation, panne du pont de Sète…). » Les incidents souligneraient aussi « la vulnérabilité particulière des lignes du Sud de la France face aux aléas climatiques, et l’importance de concevoir la nouvelle ligne en anticipant l’augmentation de la puissance des tempêtes. »

FNE LR préconise le percement d’un tunnel sous les Corbières, pour la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan.

Un projet, à l’opposé du tracé de la future ligne, qui traverserait les Corbières par une tranchée creusée dans le massif, reportant les trains de marchandises sur une autre ligne passant par les étangs.

Face aux risques que peut représenter ce projet, l’association a lancé, avec le FNAUT Occitanie, la CRI LNMP et l’ASSECO CFDT OC PYREMED, une pétition, pour demander « aux élus locaux, régionaux, nationaux, européens, ainsi qu’à Élisabeth Borne, à la fois Ministre des Transports et de l’Écologie, de reprendre ce dossier pour l’inscrire dans une vraie logique de transition écologique qui intègre les conséquences induites sur le littoral par le changement climatique, la nécessité de réduire le trafic routier, et la préservation de nos espaces naturels remarquables. »

Il s’agit à présent pour Simon Popy, président de FNE LR, de reconnaître que les « choix politiques aberrants ne sont pas une fatalité. Il n’est pas trop tard pour faire que l’avenir du train ne soit pas à l’image de ce qu’il est devenu aujourd’hui. Mais il faut agir sans attendre. Avec la pétition que nous avons lancée pour demander un tunnel sous les Corbières et la mixité de la ligne de bout en bout, nous vous offrons un levier d’action facile d’accès. Mais d’abord, il nous faut un nombre suffisant de signataires. »