La Coordination d’Alternatiba et d’ANV-COP21 a réuni, ce week-end, à Montpellier, 135 animateurs et animatrices des deux mouvements, venus de 31 territoires.

VOIR AUSSI : Montpellier : Extinction Rebellion et ANV-COP21 s’invitent au Pacte de Milan

Cette coordination, riche en discussions sur la structuration du mouvement avait pour objectif de renforcer le réseau international. Sur place, 32 groupes venus de toute la France ont ainsi pu faire le bilan de leurs activités des derniers mois.

Après des réflexions sur le financement du mouvement au niveau local et global, les deux mouvements ont élaboré une réflexion sur la stratégie de lutte non violente, notamment via le lien, qu’il peut exister avec les différents mouvements de la société civile, notamment Extinction Rebellion.

Les deux organisation devraient aussi développer, prochainement, des formations en ligne, qui seront complétés, dans les prochains mois, par l’organisation d’un Camp Climat en 2020, qui devrait accueillir un millier de personnes avec pour objectif supplémentaire de former des dizaines de nouveaux formateurs et formatrices pour accélérer la transmission de leurs méthodes d’organisation sur tout le territoire.

Des méthodes pour faire du climat et de la justice sociale un thème incontournable des programmes des prochaines municipales

Basé sur le constat du GIEC, selon lequel 50 à 70%, des leviers d’action pour limiter le réchauffement climatique se trouvent à l’échelle locale, les deux collectifs ont remis un coup de braquet sur les prochaines échéances électorales.

Ainsi, la campagne Alternatives Territoriales accompagne déjà plus de 40 collectifs citoyens dans un travail de plaidoyer pour les élections municipales. On retrouve, notamment, parmi ces collectifs, le mouvement citoyen #NousSommes à Montpellier.