Alors que l’épisode d’orages cévenols avait eu raison d’une marche programmée le 21 septembre. Cette marche du 29 septembre a été un succès, avec plus de 2500 citoyens mobilisés qui ont défilé des jardins du Peyrou, à la mairie de Montpellier.

Annonce - Pub - Advertisement

Plus loin que la coopération politique internationale : les citoyens

L’idée urgente et intéressante, dans un premier temps, semble celle d’envoyer des signaux forts, pour peut-être aller plus loin que la coopération politique internationale, avec une coopération citoyenne internationale. Sachant que la semaine du 23 septembre, moins de la moitié des 136 chefs d’État et de gouvernement qui étaient à New York pour l’Assemblée générale de l’ONU, ont participé au sommet sur le climat.

Territoire : à Montpellier le focus de cette septième marche s’est porté sur les projets jugés inutiles, comme : le Parc Montcalm, Solarzac, ou Oxylane, avec comme thématique, entre autres : l’agroécologie. À l’arrivée de la marche devant la mairie le temps a été donné pour la prise de parole.

Décroissance ou croissance ?

Une question qui mérite débat, échanges et réflexions, pour aller au-delà des slogans. Trouver la voie de l’équilibre, changer de cap vers une croissance plus propre et plus intelligente sur le plan climatique, pour l’économie, l’emploi, et la santé. Un « capitalisme » qui deviendrait totalement vertueux ? Pour Alex Larue, candidat LR aux municipales : « on n’est plus sur des dogmes droite-gauche, on est tous sur le même constat, une fois ce constat d’urgence climatique fait, on peut et on doit travailler ensemble sur une croissance verte, une croissance vertueuse

Une envie d’agir vite et maintenant

De la détermination dans les rangs de cette mobilisation, et beaucoup de jeunes qui dénotent une envie d’agir vite et maintenant. Pour Jean-Louis Roumégas candidat à la primaire des écologistes : « il y a une mobilisation énorme de la jeunesse […] Et les jeunes nous interpellent en disant ce n’est pas possible, vous nous léguez un monde dont on ne veut pas. C’est un mouvement de fond intergénérationnel qui dit : il faut bouger pour l’écologie, il faut que ça devienne une réalité

La planète est en danger, réagissez !

C’était en descendant la Rue de la Loge, et en arrivant sur la Comédie, mais aussi tout au long de cette marche : « la planète est en danger, réagissez ! » Une énergie et une présence citoyenne qui grandissent partout sur la planète. La marche pour le climat qui s’est tenue le 27 septembre à Montréal a été, semble-t-il, l’une des plus importantes manifestations de l’histoire du Québec. Pour Clothilde Ollier, candidate à la primaire des écologistes : « plus il y a de citoyens qui poussent, plus on y arrivera. Toutes les grandes conquêtes sociales sont passées aussi par de grandes mobilisations. Si on travaille tous ensemble, on va gagner […] Évidement que nos modes de consommations entrainent le dérèglement du monde dans lequel on vit. Mais est-ce que l’on est coupable ou victime ? Et bien, c’est un petit peu des deux en fin de compte. Certaines problématiques peuvent être portées par les citoyens bien évidemment, mais c’est essentiellement le politique qui doit prendre ses responsabilités et qui doit décider pour opérer un changement

Annonce - Pub - Advertisement