Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

L’environnement s’invite au G7 de Biarritz. “Notre maison brûle littéralement”, a affirmé Emmanuel Macron à propos des incendies qui ravagent actuellement la forêt amazonienne.

Le chef de l’Etat a donné rendez-vous aux membres du G7 pour “parler de cette urgence” lors du sommet ce week-end.

Macron colonialiste dans l’esprit ?

Le président brésilien Jair Bolsonaro a répondu à Emmanuel Macron en lui reprochant cela : « la suggestion du président français selon laquelle les questions amazoniennes devraient être discutées au G7 sans la participation des pays de la région évoque un état d’esprit colonialiste mal placé au 21e siècle. » Le brésilien avait préalablement parlé d’instrumentalisation pour des bénéfices personnels : « je regrette que le président Macron cherche à instrumentaliser un problème interne du Brésil et à d’autres pays amazoniens, pour des gains politiques personnels. »

Qui fait de l’instrumentalisation  ?

Avec ce mode de raisonnement, Jair Bolsonaro est un expert. Il a su renouveler ses accusations à l’encontre d’ONG qu’il avait accusées mercredi d’avoir déclenché des feux de forêt en Amazonie. Leur but, affirmait-il, est de nuire à son gouvernement. Ce n’était pas une réalité, a-t-il précisé ensuite le jeudi en expliquant qu’il avait voulu faire part de ses «soupçons».

Retour à Biarritz

Une trentaine d’ONG de l’environnement ont décidé de boycotter le sommet, pour dénoncer la décision de l’Élysée de ne pas leur donner accès à la zone rouge, lieu ultra-sécurisé où se tiennent les discussions officielles. « Les pays du G7 sont les plus responsables de la crise climatique, » rappelle Lucile Dufour, du Réseau action climat. « Et ce qui est problématique aujourd’hui c’est que ces pays qui devraient répondre à l’urgence, qui devraient être à l’écoute des mouvements citoyens qui portent des solutions, mettent à l’écart les sociétés civiles de ce G7 et nous le dénonçons ».

« La France souffre d’un déficit d’exemplarité et doit réduire l’écart entre ses beaux discours et ses actes », explique Greenpeace.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Carole Delga dans l'Hérault à Mudaison après l'épisode du gel ©CDS

[VIDEO] Occitanie : Après l’épisode de gel, Carole Delga annonce une première aide de 5M €

[VIDEO] Moins d’une semaine après, un gros coup de gel qui a causé de colossales pertes chez les producteurs de fruits et les vignerons héraultais, Carole Delga, Présidente de la...

[VIDEO] Lunel : Parlementaires et élus unis pour les grands projets de la Ville

[VIDEO] Vendredi 16 avril, Pierre Soujol, maire de Lunel, recevait Jean-Pierre Grand, sénateur de l’Hérault, Patrick Vignal, député de la 9e circonscription de l’Hérault et Claude Barral, conseiller départemental pour...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES