L’exposition « Tatouages » du Musée du Vieux Nîmes présente, à partir de documents d’archives de travail, de correspondances, de dessins originaux, de photographies et de plaques de verre données, un condensé de la vie pénitentiaire de la fin du XIX° et du début du XX° siècle

Tout au long de sa vie Perrier a analysé, classé, étudié et photographié les détenus, s’intéressant plus particulièrement aux tatouages restitués avec précision grâce au dessin et à la photographie et à l’origine de l’une de ses premières publications « Du tatouage chez les criminels » en 1897.

De son travail, Charles Perrier a sorti un ouvrage majeur « Les Criminels » présenté à l’Exposition Universelle de Paris de 1900, regroupant 175 tableaux calligraphiés ornés de 395 dessins de monuments réalisés par des détenus.  Il est le résultat de l’étude que le docteur Perrier a mené de 1896 à 1899, sur la population carcérale de la Maison Centrale de Nîmes (859 détenus âgés entre 16 et 73 ans), en reprenant les techniques d’anthropométrie judiciaire mises au point par Alphonse Bertillon deux décennies plus tôt.

Annonce - Pub - Advertisement

Cette première étude fut suivie d’autres publications jusqu’en 1935, pour lesquelles il amasse des milliers de données anthropométriques : nationalité, origine ethnique, profession, religion, caractères physiques.

L’exposition est proposée dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles 2019.

Infos pratiques : Exposition « Tatouages – le fonds Charles Perrier, médecin des prisons » à découvrir jusqu’au 27 octobre
Musée du Vieux Nîmes, Place aux Herbes, du mardi au dimanche de 10h à 18h
Tarif plein : 5€ / Tarif réduit : 3€

Annonce - Pub - Advertisement