Plus de 150 personnes se sont rassemblées à Nîmes, hier soir, devant le monument aux morts sur l’esplanade Charles de Gaulle, pour rendre un hommage à Steve, le jeune homme décédé lors de la Fête de la musique. 

VOIR AUSSI : Le corps de Steve Maia Caniço identifié

Vêtus de noir ou portant simplement un brassard, les manifestants venus en famille ou entre amis se sont recueillis solennellement. Une minute de silence a été observée et des bougies ont été déposées à la mémoire du jeune homme.

Annonce - Pub - Advertisement

Sous la banderole  justice pour Steve, les manifestants ont ensuite déambulé et se sont placés devant le palais de Justice où ils ont posé avec des panneaux sur leurs torses. Ils ont ensuite remonté le boulevard Victor Hugo sous les slogans, « Castaner assassin » et « Justice pour Steve, justice pour Zineb ». Ils ont continué à marcher tantôt en silence tantôt en slogans, durant plus d’une heure.

Un appel né sur les réseaux sociaux

Depuis la découverte du corps du jeune homme, et la déclaration du Premier ministre, les appels se multiplient. À Nantes, le préfet a interdit tout rassemblement à la mémoire du jeune homme. À Toulouse, des gens ont reçu des gaz lacrymogènes, et ont été dispersés. La banderole avait été arrachée.

Pour l’initiatrice de l’appel nîmois, la mort de Steve est malheureusement un aboutissement fatal à ce que les gilets jaunes essaient de démontrer depuis huit mois, les réponses disproportionnées des forces de l’ordre lors de rassemblements.

Des badauds sur les terrasses de café, après un moment de flottement, ont commencé à disserter sur les raisons de cette marche, une piqûre de rappel bienvenue.

Annonce - Pub - Advertisement