Test de Kingdom Hearts 3 : Un dernier voyage au pays de Disney

Kingdom Hearts est une série de jeux vidéo d’action-RPG développée et éditée par Square Enix, qui marque l’association entre l’éditeur et Disney Interactive Studios.

Kingdom Hearts est un cross-over entre plusieurs personnages de Square et l’univers Disney, le tout dans un monde parallèle créé spécialement pour la série. Dans chacun des opus, les voix des personnages de Disney sont interprétées par les mêmes célébrités que dans leur œuvre d’origine.

Les personnages de la franchise de Square Enix, Final Fantasy, font eux aussi des apparitions, interagissant avec le joueur et avec les personnages de Disney.

Annonce - Pub - Advertisement

La série tourne autour de la recherche des amis de Sora, le personnage principal, et de ses rencontres avec les personnages de Disney et de Final Fantasy au travers de différents mondes. Kingdom Hearts 3 est le dernier volet de la série qui a commencé sur PlayStation 2 en 2002.

Jouer à Kindgom Hearts 3 sans connaître la série, n’a aucun sens

Se lancer dans l’aventure de Kingdom Hearts 3 sans jamais avoir joué une seule fois au jeu est déconseillé, le 3e opus étant la suite directe du second. Mais heureusement, il existe des moyens pour vivre les aventures de Sora et ses amis sur les consoles nouvelles générations.

Tout d’abord, une version remastérisée sur PlayStation 4 est sortie en mars 2017, reprenant les deux premiers volets des aventures de nos héros, ainsi que des contenus additionnels.

Ensuite, il est possible de se pencher sur deux ouvrages de la collection Kingdom Hearts chez l’éditeur Third Editions, l’un expliquant la genèse du jeu et l’autre, résumant les deux premiers épisodes.

L’univers de Kingdom Hearts est un univers compliqué, scénarisé aux petits oignons comme le savent si bien le faire Square Enix avec sa série Final Fantasy et Disney à travers ses nombreux scénarios de films.

Il est l’heure de retrouver Sora, Donald et Dingo

Kingdom Hearts s’est fait attendre auprès des fans, le dernier épisode date de 2005. Entre-temps, des spin-off, néanmoins très importants pour la création de l’histoire ont été édités. Quatorze ans donc d’attente pour retrouver la joyeuse troupe de Sora, Donald et Dingo.

Dingo, Sora et Donald

Enfin, il est temps pour Sora et sa troupe de se mesurer à l’organisation XIII, manipulée par le Maître Xehanort et ses nombreuses transformations. Car c’est bien là, le but de ce jeu, la conclusion d’une série commencée, il y a dix-sept ans.

Maître Xehanort

Des graphismes dignes des plus grands classiques Disney

S’il y a bien une chose qui saute aux yeux dès le début du jeu, c’est la beauté des graphismes. Certes les premiers opus étaient sortis sur des consoles anciennes générations, mais même le remix des deux premiers épisodes sur PlayStation 4, n’exploitaient pas la pleine puissance de la machine.

Kingdom Hearts 3 donne souvent l’impression de se retrouver dans un film d’animation Disney au travers des différents tableaux traversés, tels que la Reine des neiges, Raiponce, ou des films réalisés par Pixar tels que les mondes de Toy Story ou Monstres et compagnie. Enfin dans un des tableaux, Sora, Donald et Dingo se retrouvent embarqués avec Jack Sparrow à bord d’un vaisseau et visitent la ville de Port Royal afin d’accomplir une des nombreuses missions du jeu.

Les scènes cinématiques quant à elle sont au même niveau graphique, avec des morceaux entiers tirés des films pour certains mondes comme celui de la Reine des Neiges (Libérée, délivrée…) ou celui de Raiponce.

Le monde de la reine des neiges

Cependant les dialogues sont parfois un peu trop longs, et le joueur doit attendre souvent plusieurs minutes avant d’entrer dans l’action.

Les keyblades sont au cœur du gameplay

Les keyblades, pour rappel, sont des armes ressemblant à une épée qui vainc les ténèbres en combinant la magie et la force de son porteur.

Lorsque Sora termine tous les objectifs d’un monde, il reçoit une variante de la keyblade. Toutes les keyblades ont leur utilité et reflètent leurs mondes d’origine. Elles ne peuvent être maniées que par des élus dont le cœur est pur.

Lors des combats, très dynamiques contre les différents membres de l’organisation XIII, il est possible de réaliser des combos avec certaines keyblades et même de s’agripper avec un personnage du jeu pour faire une toupie dévastatrice.

Cependant, les ennemis sont bien trop simples à vaincre même s’ils sont nombreux, car ils sont moins puissants que les keyblades. Même le mode difficile, ne corrige pas ce sentiment de facilité et un seul bouton peut permettre aux joueurs les moins aguerris de terminer l’aventure en détruisant tous les ennemis.

De plus, si jamais les joueurs sont à court d’objets, il est possible d’invoquer les personnages Simba ou Stitch pour vous remettre à flot.

Invocation de Stitch

Des mini-jeux dans le jeu

Dans quasiment chaque monde, des mini-jeux interviennent pour divertir le joueur. Celui-ci peut prendre la forme des anciennes petites consoles portables avec un seul jeu à l’intérieur que les joueurs les plus anciens connaissent. Il est ainsi possible de revivre des passages des premiers courts-métrages mettant en scène Mickey dans ses aventures en noir et blanc.

Dans le monde de la reine des neiges, il faudra reconstituer ce pauvre Olaf qui décidément perd toujours sa tête.

Dans le monde de Raiponce, il s’agira d’organiser une fête.

Voyager dans le vaisseau Gummi

Le vaisseau Gummi tient un rôle à part dans l’aventure de Kingdom Hearts. Souvent critiqué par les fans, celui-ci était contrôlé de manière trop linéaire.

Dans Kingdom Hearts 3, c’est la première fois que le vaisseau vole dans un monde ouvert. La navigation s’améliore avec l’expérience, et il est possible de customiser celui-ci en trouvant des plans, lui permettant de se doter par exemple de canons.

Dans cet univers, entièrement dédié au vaisseau Gummi, il est donc possible sur plusieurs cartes d’affronter des ennemis dans un shoot’em up, d’explorer afin de trouver des trésors cachés.

Cette refonte du vaisseau Gummi est donc une bonne surprise pour les fans qui apprécieront de pouvoir enfin contrôler le navire et de passer quelques heures avec plaisir, à l’intérieur.

Que faut-il retenir finalement de cet épisode final ?

Tout d’abord, le jeu est beaucoup trop facile. Les dialogues traînent parfois en longueur et finalement le jeu souffre d’un rythme de narration pendant les deux premiers tiers. Le jeu est en anglais et est sous-titré en français. Les personnages de Final Fantasy ont quasiment disparu du jeu au détriment des personnages Disney et Pixar.

Heureusement, les graphismes sont d’une beauté éblouissante. La musique est inspirée de l’univers de Final Fantasy réputé pour sa bande-son mélodieuse.

Le gameplay est facile à prendre en main et peut donc ainsi être joué à tous les âges. Finalement, ce qu’il faut retenir de cet épisode, c’est son final en forme de bouquet final. La tension monte, et il est difficile alors de lâcher sa manette.

C’est à ce moment-là que l’on se souvient pourquoi, la série a tenu les joueurs en haleine pendant dix-sept ans.

Annonce - Pub - Advertisement